Psaumes du Mont-Athos

Publié le par Père Jean-Pierre

Psaumes du Mont-Athos

Les éditions Jade deviendraient-elles les ambassadrices de « l’âme orthodoxe » ?

On serait tenter de le croire en écoutant la discographie passée, présente et future

de cette année 2010. Orthodoxie russe… d’une part, avec Divna et le Choeur Melodi

* sorti en octobre et d’ici quelques semaines les confins de la Sibérie avec un nouveau

CD des chants des moniales de Minsk**. Orthodoxie grecque… d’autre part avec les

Psaumes du Mont Athos***, qui vient d’arriver dans nos bacs et qui mérite amplement

que l’on en dise quelques mots…

On ne sait si la situation géographique est influente, mais cette liturgie est à l’image

du monastère de Simonos Petra bâti entre terre et ciel : une invitation perpétuelle à

regarder vers « le Haut ». Rappelons-nous, nous avions déjà eu cette impression dans

leur précédent enregistrement.

Les voix chaudes et robustes bousculent quelque peu notre écoute aux idées préconçues sur une musique liturgique parfois désincarnée. Oui, ces psaumes prennent naturellement chair. Exultons, acclamez, chantez, louez, tous ces verbes à l’impératif claquent comme étendards au vent ! « Je te confesserai, Seigneur de tout mon coeur… » devient un véritable acte de foi qui engage corps et âme.

 

Les psaumes occupent une place primordiale dans la liturgie de l’Office divin, et c’est à la demande explicite de leur Archimandrite Aimilianos que les moines de Simonos Petra ont entrepris la mise en musique du psautier, selon les règles traditionnelles du chant byzantin. Plus de 600 partitions sont le fruit de ce très long travail. Ce que nous entendons en est l’illustration la plus remarquable. Un petit livret joint au CD permettra de comprendre les paroles.

Joie des deux « Terirem » en milieu et fin de disque, sorte d’hymnes sans parole… qui rappellent le « la, la, la » que chantait Marie en berçant l’Enfant Jésus. Véritable jubilation en gammes montantes et descendantes qui peuvent durer des heures.

 

Au terme d’une écoute où l’on se laisse conduire et souvent bercer, nous découvrons une intériorité habitée, de manière peut être plus sensible que dans leur premier CD.
Si les anges ont inspiré ces mélodies, et pourquoi ne pas le croire, alors ne désavouons pas saint Jean Chrysostome qui aurait préféré que le soleil s’éteigne plutôt que de voir oublier ces psaumes chantés avec tant de conviction par ces moines, hommes de Dieu et hommes de louange.
Tout simplement, un de mes coups de coeur en cette fin d’année dans notre rayon à La Procure.

Dominique Fournier

Psaumes du Mont Athos, Choeur des moines du monastère de Simonos Petra, JADE

Disques déjà parus aux éditions Jade :

* Divna et le choeur Melodi

L’âme du chant orthodoxe.
La divine liturgie de Saint Jean Chrysostome.

** Choeur des moniales du monastère de sainte Elisabeth de Minsk.

Chants du grand Carême orthodoxe.
Grande vigile de la nuit.

*** Choeur des moines du monastère de Simonos Petra

Hymnes du Mont Athos.

Commenter cet article