Un témoin de la beauté de Dieu : Paul Evdokimov (1900-1970).

Publié le par Père Jean-Pierre

Un témoin de la beauté de Dieu : Paul Evdokimov (1900-1970).

Date 6 décembre 2010

 

Wassily Kandinsky. Dans l'église.

Les 10 et 11 décembre 2010, la revue Contacts et l’Institut Saint-Serge organisent un colloque international consacré à l’œuvre de Paul Evdokimov, à l’occasion du 40e anniversaire de sa mort. Michel Stavrou, professeur à l’Institut Saint-Serge, a accepté de présenter ici les grandes lignes de ce colloque. Nous le remercions et ajoutons pour nos lecteurs quelques liens renvoyant à des œuvres ou des extraits d’œuvres de cet important penseur de l’orthodoxie contemporaine. 

En français :

• « La Vocation sacrée du laïc » (extraits de divers écrits).

• « L’Art moderne ou la Sophia désaffectée ».

En anglais :

• The Sacrament of Love (Sacrement de l’amour : le mystère conjugal à la lumière de la tradition orthodoxe, Paris 1962 ; trad. angl. Crestwood, NY, 1985).

• Ages of the Spiritual Life (Les Âges de la vie spirituelle, Paris 1964 ; trad. angl. Crestwood, NY, 1998).

• Woman and the Salvation of the World (La Femme et le salut du monde, Paris 1983 ; trad. angl. Crestwood, NY, 1994).

 

*

PAUL EVDOKIMOV, TÉMOIN DE LA BEAUTÉ DE DIEU

Prof. Michel STAVROU
Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris)

Quarante ans après sa mort, Paul Evdokimov, qui fut l’un des maîtres de l’Institut Saint-Serge, demeure l’un des théologiens orthodoxes les plus connus, traduits, appréciés et lus dans le monde. Ce fut aussi un grand acteur du dialogue œcuménique et un observateur au concile Vatican II.

Né en Russie et contraint à l’émigration, Paul Evdokimov a étudié à l’Institut Saint-Serge où il enseigna à partir de 1953. Il a tenté, dans son œuvre riche et diverse, de réaliser une synthèse entre la tradition patristique retrouvée par le renouveau néo-patristique, et les meilleures intuitions de la philosophie religieuse russe. Il entre en dialogue avec les différents courants du christianisme occidental mais aussi globalement avec la culture contemporaine. Par ses nombreux ouvrages, P. Evdokimov a su faire connaître en pionnier les richesses de la tradition byzantine et slave. Dans le Sacrement de l’amour (Paris 1962), il a exposé une étonnante théologie du mariage, défendant une intégration positive de l’éros à l’anthropologie chrétienne. Il souligne l’importance d’une vie spirituelle authentique pour tout laïc (Les Âges de la vie spirituelle, Paris 1964) et, dans la lignée de Dostoïevski et de Boukharev, met en valeur le « monachisme intériorisé » auquel tout chrétien est appelé. Evdokimov a développé une théologie de l’eucharistie où la christologie apparaît toute pneumatologique et le sacrement est accomplissement de la sacramentalité de l’être, transfiguration. L’Église se définit ainsi, pour lui, comme communauté eucharistique. Toutefois, il resitue la vie sacramentelle dans la totalité de la vie spirituelle qui exige aussi l’engagement et le risque de la liberté. La liturgie se réalise en s’intériorisant dans la lumière du cœur profond et en s’extériorisant dans le sacrement du frère(Jean Chrysostome). Dans sa quête de la beauté, il tend à montrer que l’univers entier est appelé à dévoiler progressivement son sens théophanique.

Accueillant les contributions de sept enseignants de l’Institut Saint-serge et de sept intervenants catholiques, protestants et orthodoxes venus de France, Grèce, Italie, Russie et des États-Unis, le colloque des 10 et 11 décembre 2010 s’articulera en quatre parties pour décrire quelques axes de l’œuvre d’Evdokimov :

1. Pensée éthique et engagement social

2. Anthropologie et ecclésiologie

3. De la lecture des  Écritures à l’expression des vérités révélées

4. Esthétique et eschatologie : dire la beauté de Dieu

Programme détaillé — Inscription au colloque

• Photos : Wassili Kandinsky (1866-1944),Dans l’église. — Paul Evdokimov (1900-1970).

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Commenter cet article