Décès du métropolite de Cluj, figure controversée de l'orthodoxie roumaine

Publié le par Père Jean-Pierre


31/01/2011 20:28 LA CROIX
BUCAREST, 31 jan 2011 (AFP) - Décès du métropolite de Cluj, figure controversée de l'orthodoxie roumaine

Le métropolite de Cluj, Bartolomeu Anania, figure controversée de l'Eglise orthodoxe roumaine en raison de ses liens supposés avec un mouvement antisémite puis avec la police politique communiste, est mort lundi à l'âge de 89 ans, a annoncé l'archevêché.

Mgr Bartolomeu, connu pour ses opinions conservatrices et auteur de plusieurs ouvrages religieux et pièces de théâtre, est décédé à Cluj (nord-ouest) des suites d'une maladie cardiaque.

Ses activités au sein d'une organisation de jeunes sympathisants de la Garde de Fer, mouvement antisémite de l'entre-deux-guerres qu'il avait rejoint dès ses 14 ans, lui avaient valu deux condamnations à la prison.

En 1942, il prit l'habit religieux et, après l'arrivée des communistes au pouvoir en 1945, remplit plusieurs fonctions au sein du patriarcat, avant d'être une nouvelle fois condamné à la prison --25 ans de travaux forcés-- pour son passé de "légionnaire", le nom donné aux membres de la Garde de Fer, organisation d'extrême droite appelée aussi la Légion de l'archange Michel.

Relâché en 1964, en même temps que la plupart des détenus politiques, il fut envoyé deux ans plus tard aux Etats-Unis, au sein de l'archevêché orthodoxe roumain, avant de multiplier ses visites à l'étranger, à une époque où tous les déplacements étaient strictement contrôlés par la redoutable Securitate, les services secrets roumains.

Des soupçons nourris contre lui par d'anciens détenus politiques ont été confirmés par l'ancien chef de la police politique, le général fugitif Ioan Mihai Pacepa, qui a révélé que Mgr Bartolomeu avait été envoyé par les services secrets roumains "en mission" aux Etats-Unis.

Le haut prélat avait d'ailleurs admis avoir signé un "engagement" envers la Securitate alors qu'il était en prison, tout en assurant n'avoir jamais donné de suite à cette promesse de collaboration.

Malgré cet aveu, il avait gravi les échelons de la hierarchie orthodoxe et en 2007 avait été l'un des deux candidats à la succession du patriarche Teoctist.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article