Tensions en Ukraine entre orthodoxes fidèles à Moscou et gréco-catholiques

Publié le par Père Jean-Pierre

13/09/2010 17:26 LA CROIX
KIEV, 13 sept 2010 (AFP) - Tensions en Ukraine entre orthodoxes fidèles à Moscou et gréco-catholiques

Des tensions ont éclaté lundi en Ukraine entre l'Eglise gréco-catholique qui souhaite construire une nouvelle cathédrale à Odessa (sud) et l'Eglise orthodoxe fidèle au Patriarcat de Moscou qui s'oppose à ce qu'elle voit comme "une expansion agressive" de la confession rivale.

Le Synode de l'Eglise gréco-catholique (uniate) en a appelé dans une lettre au président Viktor Ianoukovitch, a indiqué lundi le chef de cette confession, le cardinal Lubomyr Husar, lors d'une conférence de presse à Kiev.

Début septembre, le métropolite orthodoxe Agathange d'Odessa, qui est aussi député du parti présidentiel dans le conseil régional, a publié un communiqué dénonçant comme "inopportun et extrêmement dangereux" le projet de construction de la cathédrale uniate dans cette ville à majorité orthodoxe.

Le projet va provoquer "l'indignation et la protestation" des orthodoxes locaux, estime le communiqué publié par son service de presse, accusant l'Eglise uniate d'avoir "toujours porté l'hostilité et la haine".

Le Synode uniate a pour sa part dénoncé une "incitation à la haine entre les religions" dans son message adressé au président Ianoukovitch, l'appelant à "réagir" pour garantir l'égalité de toutes les confessions.

Interdite à l'époque soviétique, l'Eglise uniate ukrainienne, qui mêle rites byzantins et théologie catholique, revendique aujourd'hui plus de cinq millions de fidèles - soit presque 11% de la population - concentrées principalement dans l'ouest de l'Ukraine.

Les orthodoxes ukrainiens sont pour leur part divisés entre l'Eglise subordonnée au Patriarcat de Moscou -- qui considère ce pays comme son territoire canonique et accuse le Vatican de prosélytisme--, et deux confessions dissidentes.

Le président Ianoukovitch est un fidèle de l'Eglise dépendante du Patriarcat de Moscou. Le patriarche russe Kirill s'est rendu à Kiev pour le bénir avant son investiture en février.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article