Se préparer à l'avent,catéchèse du P.Marc-Antoine

Publié le par Père Jean-Pierre

Catéchèse : l’Avent, un temps pour faire l’expérience de la gratuité et de la générosité
- le statut réel de la richesse : le mauvais riche (5.11) a le cœur incapable de miséricorde et de repentir ; le Samaritain (12.11) montre de l’amour pour le prochain et dépense pour lui (il donne 2 deniers à l’aubergiste et s’engage à le rembourser de ce qu’il aura dépensé). Aujourd’hui, la parabole dénonce l’avarice, l’esprit de possession, qui fait que la personne thésaurise : avoir ! Deux enseignements : la folie (« insensé ») de cette personne qui ne pense pas à la mort ; plus important, l’appel à « s’enrichir en vue de Dieu » - faire provision des biens spirituels, de la grâce divine. Quels sont ces biens ? Saint Paul les nomme dans l’épître de ce jour (donné par erreur dimanche dernier au lieu de Ephésiens 4, 1-7 où il parlait déjà des dons du saint Esprit : paix, unité, dons propres à chaque baptisé) : « les fruits de l’Esprit sont bonté, justice et vérité ». Il traduit « s’enrichir en vue de Dieu » par « se laisser remplir par le saint Esprit » ; et il donne comme méthode la psalmodie et la louange.
Les dons incréés ne doivent pas non plus être « thésaurisés » égoïstement ; ils sont « en vue de Dieu », tournés vers Dieu, rendus à lui puisqu’ils viennent de lui (et l’on « rend grâce » justement). La vie dans l’Esprit et dans ses dons, les charismes innombrables qu’Il communique de la part du Père et que manifeste la vie des saints, est donc circulation eucharistique des biens spirituels. Les biens matériels (créés) comme les spirituels (incréés) nous viennent du Père et constituent une richesse « pour Dieu » : ils sont appelés à obéir à la même loi de générosité. L’aumône fait circuler l’argent ; la louange fait circuler la grâce. Celui qui thésauriserait les biens spirituels (ingratitude, vaine gloire, attribution à soi de ce qui vient de Dieu, « prévarication », « matérialisme spirituel » en quelque sorte, convoitise satanique à l’égard des biens divins…) serait également un « mauvais riche », un avare. Les saints, riches en grâce divine, la dépensent et l’investissent par amour divin en prière et en action. Le carême de Noël consiste à s’appauvrir pour s’enrichir. La pauvreté « dans l’Esprit » est non-possession (matérielle ou spirituelle) : elle est richesse dans l’Esprit (« ils hériteront le Royaume », Matt 5, 3). Saint Jean Chrysostome (13.11), « montrant au monde des trésors où l’avarice n’a point de part », et saint Nicolas, « riche en pauvreté » (tropaires) l’illustrent.
- nos enfants sont maltraités par le matérialisme (convoitise des tout jeunes consommateurs). Comme les aider en ce temps de l’Avent ? La jouissance n’est pas un dû. Le jeûne transforme la nourriture en argent et en aumône. La frustration se mue en générosité. A la maison, on peut avoir, près des icônes, une petite tirelire où l’on placera l’argent des pauvres, pris sur notre plaisir égoïste. A l’église, l’enfant peut apporter des offrandes au Christ et à la Mère de Dieu (argent, pain, huile, vin, encens, cierges, noms des vivants et des défunts) et apprendre ce que veut dire « en vue de » ou « pour Dieu ». Dans la rue, à l’école - dans le monde – il apprendra à faire une offrande au prochain qui est le Christ. Ceci est une thérapeutique pour guérir nous-mêmes et nos petits des maladies spirituelles engendrées par la persécution des richesses et du confort. C’est une ascèse (= exercice) pour acquérir la liberté des enfants de Dieu. C’est une préparation aux temps d’épreuve et de dénuement qui viendront, nous le savons. C’est l’expérience de vivre comme Dieu, d’assimiler le comportement divin, celui des saints qu’aiment nos enfants. Quand nous avons demandé le baptême pour eux, c’était un projet éducatif : les éduquer suivant la richesse de l’Esprit ; les aider à croître dans la liberté et la maturité des enfants de Dieu qu’ils sont – car Dieu est leur Père ; ils ne sont pas à nous ; par le baptême ils sont au Christ et à l’Eglise, citoyens de Royaume. Profitons du temps de l’Avent pour les enrichir des vraies richesses !

(Père Marc-Antoine Costa de Beauregard)

Commenter cet article