Saint Païssy Velitchkovsky: Le Parchemin/ Six Chapitres sur la Prière Mentale (II)

Publié le par Père Jean-Pierre

http://www.orthodoxologie.blogspot.com/

MARDI 8 FÉVRIER 2011

Saint Païssy Velitchkovsky: Le Parchemin/ Six Chapitres sur la Prière Mentale (II)






CHAPITRE PREMIER

De la prière du cœur qui fut l'œuvre des saints Pères de l'Antiquité; et contre les blasphémateurs de cette prière sacrée et immaculée.

Il faut savoir que cette œuvre divine de la prière sacrée du coeur, fut l'occupation incessante de nos Pères Théophores de l'Antiquité, en plusieurs endroits du désert, aussi bien que dans les monastères cénobitiques. Elle brillait comme le soleil parmi les moines : au Mont Sinaï, à Scété en Egypte, sur la montagne de Nitrie, à Jérusalem et dans les monastères qui sont autour de Jérusalem, et en un mot dans tout l'Orient, à Constantinople, sur le Mont Athos et sur les îles de la mer ; et dans ces derniers temps, par la grâce du Christ dans la Grande Russie également. Par la garde mentale de la prière sacrée, plusieurs de nos Pères Théophores, étant enflammés d'une flamme d'amour séraphique pour Dieu et, après Dieu, pour leur prochain, devinrent les stricts gardiens des Commandements divins, et ayant purifié leurs âmes et leurs coeurs de toutes les fautes du vieil homme, ils furent à même de devenir les réceptacles choisis du Saint Esprit. Etant comblés de ses divers dons Divins, leurs vies furent comme des lampes et des piliers ardents pour le monde, et ayant accompli d'incommensurables miracles, en action et en paroles, ils amenèrent au salut une multitude incalculable d'âmes humaines. Beaucoup d'entre eux, étant mus par une secrète inspiration Divine, écrivirent des livres sur leurs enseignements concernant cette Divine prière mentale, livres en accord avec les Saintes Ecritures de l'Ancien et du Nouveau Testament, dont les livres sont emplies de la sagesse du Saint Esprit. Et ceci arriva par la Providence particulière de Dieu, de telle sorte que dans les derniers temps ce travail Divin ne sombre pas dans l'oubli. Beaucoup de ces livres, - avec la permission divine due à nos péchés, furent détruits par les Sarrasins qui s'emparèrent du Royaume Grec, mais quelques-uns d'entre eux furent préservés jusques à nos jours par la Providence de Dieu.
Contre ce divin labeur spirituel déjà cité, et la garde du paradis du coeur, personne parmi ceux qui ont la vraie foi, n'a jamais osé prononcer de blasphème, mais tous ont montré un grand respect et une extrême vénération pour cette prière qui est pleine de bienfaits spirituels. Mais la source de malice et l'Ennemi de toute bonne oeuvre, le Diable, voyant que tous ceux vivant dans l'état monastique dans cette oeuvre de la prière du coeur, choisissaient la meilleure part, assis avec un amour non-troublé aux pieds de Jésus, prospérant dans la perfection de Ses Divins Commandements, et partant, devenaient une lumière et une illumination pour le monde, le Diable commença à se consumer de jalousie et à utiliser tous ses pièges afin de critiquer et de blasphémer cette œuvre salvatrice et si possible de l'éradiquer complètement de la surface de la terre. Ainsi il détruisit à la fois les livres - comme je l'ai déjà dit par les Sarrasins ses semblables, et de même il sema des ivraies corruptrices d'âmes, au sein du blé pur et céleste de cette œuvre, afin de commettre un blasphème contre cette oeuvre salvatrice à travers des hommes insensés, de telle sorte que les obstinés qui entraient en contact avec cette œuvre pour leur seule exaltation égoïste, moissonneraient de l'ivraie à la place du blé, et trouveraient la perdition au lieu du salut. Et de cela même, le Diable ne se contenta pas, mais il trouva dans les terres d'Italie le serpent calabrais, annonciateur de l'Antéchrist, l'hérétique Barlaam tout à fait semblable au Diable en son orgueil; et prenant place en lui avec toute sa puissance, il l'amena à blasphémer notre Foi Orthodoxe, comme cela est écrit en détail dans le Triode du Carême, dans le Synaxaire du Second Dimanche du Saint et Grand Carême. Entre autres choses, il osa de diverses façons, à la fois par la parole et par la plume, blasphémer et dénoncer mêmement, la sainte prière du coeur, dont il est fait mention au chapitre 31 du livre sacré, de notre Père parmi les Saints, Siméon, Archevêque de Thessalonique, dont je transcris ici les paroles exactes :
"Barlaam cet impie, blasphéma et écrivit beaucoup à la fois contre la prière sacrée et contre la Divine grâce et lumière qui furent sur le mont Thabor (Mat 17:5). Ne comprenant pas et n'étant pas même capable de comprendre (car qui pourrait comprendre en étant devenu vain en esprit et fier de la vanité de ses pensées?) la signification des paroles suivantes "Priez sans cesse!" (1 Thes 5:18) ou de ces paroles "Je prierai avec l'esprit, et je prierai avec l'intelligence aussi" (1 Cor 14:15) ; ou "chantant des hymnes et des cantiques dans votre coeur pour le Seigneur" (Col. 3 : 16) ; ou "Dieu a envoyé l'Esprit de son Fils, c'est-à-dire la grâce, dans vos coeurs, criant Abba, Père!" (Gal. 4 : 6) ; ou "Il vaudrait mieux que je dise cinq mots avec mon intelligence plutôt que dix mille mots en langue" (1 Cor 14:19) il [Barlaam] renonça à la prière du coeur elle-même, ou plutôt à l'invocation du Seigneur qui est aussi la confession de Pierre quand il dit . "Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant" (Mat. 16:16) et la tradition du Seigneur lui-même quand Il dit dans l'Evangile : "Quoi que vous demandiez au Père en Mon Nom, Il vous le donnera !" (Jean 15 : 16) et de même : "En Mon Nom ils chasseront les démons" (Marc 16 : 17) et ainsi de suite. Car "Son nom est la vie éternelle" (Jean 17 : 3) : "Mais ceci, - est-il dit -, est écrit pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant, vous aviez la vie par Son Nom (Jean 20 : 31) ; et le Saint Esprit est donné à travers l'invocation du Christ : "Nul homme ne peut nommer Jésus Seigneur, si ce n'est par le Saint Esprit" (1 Cor. 12 : 3). Ceci est écrit en des myriades de passages."

 
 
 
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après 
THE SCROLL 
Containing 
SIX CHAPTERS ON MENTAL PRAYER
By Our Father of Blessed Memory [saint] 
STARETZ PAISIUS VELITCHKOVSKY
Orthodox Word
Saint Herman of Alaska Brotherhood,
Platina,
California, USA
1972

*
(Gravure de saint Païssy: 
Dominique Aymonier-Lopez)
*

Commenter cet article