Pakistan: menaces en cas de grâce d'une chrétienne condamnée pour blasphème

Publié le par Père Jean-Pierre

26/11/2010 10:42 LA CROIX
ISLAMABAD, 26 nov 2010 (AFP) - Pakistan: menaces en cas de grâce d'une chrétienne condamnée pour blasphème

Une alliance de musulmans sunnites a estimé vendredi au Pakistan qu'une éventuelle grâce d'une chrétienne condamnée à mort pour blasphème conduirait à déclencher l'anarchie dans le pays.

Asia Bibi, 45 ans, une paysanne issue d'une famille très pauvre et mère de cinq enfants, a été condamnée le 8 novembre à être pendue par un tribunal de Nankana (est) pour avoir blasphémé contre le prophète Mahomet, une accusation portée par des femmes musulmanes du même village à l'issue d'une querelle.

Même si la peine capitale n'a encore jamais été appliquée au Pakistan dans les condamnations pour blasphème, de nombreux pays et organisations internationales, ainsi que des personnalités politiques et associations au Pakistan pressent le président de gracier Asia Bibi.

"Une grâce conduirait le pays à l'anarchie", a déclaré à l'AFP Sahibzada Fazal Kareem, le chef d'une coalition de groupes sunnites, Sunni Ittehad Council. Les sunnites composent plus de 80% de la population de la République Islamique du Pakistan.

"Notre position est très claire: elle ne peut pas échapper à ce châtiment", a-t-il ajouté, promettant des manifestations contre la grâce.

Le ministre des Minorités, Shahbaz Bhatti, lui-même chrétien, a présenté jeudi au président Zardari une demande de clémence en assurant que les allégations proférées par les femmes musulmanes participaient d'animosités personnelles à l'encontre d'Asia Bibi, dont la famille se dit persécutée depuis longtemps dans le village.

L'affaire remonte à juin 2009, lorsque des femmes musulmanes, qui travaillaient avec elle sont allées voir un responsable religieux en l'accusant d'avoir insulté Mahomet. Le mollah est ensuite allé voir la police, qui a ouvert une enquête.

Asia Bibi a été arrêtée et condamnée à mort par un tribunal local en première instance. Elle a fait appel de ce verdict et la haute cour de Lahore (est) doit se prononcer prochainement.

La peine capitale n'a jamais été appliquée dans un passé récent au Pakistan pour les personnes condamnées pour blasphème. Elles sont acquittées en appel ou la peine est commuée en peine de prison.

Commenter cet article