Ordos,25 et 26/12/10

Publié le par Père Jean-Pierre

  

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-321

Site : www.mitropolia.eu

 

D o y e n n é  O r t h o d o x e  R o u m a i n  d e  F r a n c e

                                     Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

 

 

 

 

Samedi 25 décembre 2010, naissance humaine de Jésus Christ, Fils unique engendré de Dieu

 

Divine liturgie selon saint Jean Chrysostome.

 

Antienne 1 en ton occurrent : Seigneur, je te rends grâce de tout mon cœur, dans le cercle des justes et dans l’assemblée ! Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Grandes sont les œuvres du Seigneur : elles sont dignes d’étude et d’amour ! R

Faste et splendeur, son ouvrage ! Sa justice demeure pour toujours ! R

Il déclare pour toujours son alliance, saint et redoutable est son Nom ! R. Gloire… et maintenant… R

 

Antienne 2 en ton occurrent : Bienheureux qui craint le Seigneur, qui se plaît à ses préceptes !

Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

Opulence et bien-être en sa maison, sa justice demeure à jamais. R

Il se lève en la ténèbre, Lumière des cœurs droits ! R

Gloire… et maintenant… Fils unique et Verbe de Dieu, Toi qui es immortel…

 

Antienne 3 en ton 4 : Oracle du Seigneur mon Maître : Siège à ma droite, de tes ennemis Je ferai l’escabeau de tes pieds. Refrain : le tropaire en ton 4 (cf. plus bas)

De Sion le Seigneur étendra ton sceptre de puissance : domine au cœur de l’ennemi ! Refrain.

A toi la royauté au jour de ta naissance, dans la splendeur, la sainteté ! Refrain.

Gloire… et maintenant… Refrain.

 

Isodikon (chant d’entrée) : Avant l’aurore, Je t’ai fait naître de mon sein. Le Seigneur l’a juré et Il ne se dédiera pas : Tu es pontife à jamais selon l’ordre de Melchisédech ! Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

 

Tropaire en ton 4 : Ta naissance, ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de l’intelligence. Ceux qui servaient les astres sont instruis par l’astre de t’adorer Soleil de justice, et te contempler, Orient venant des hauteurs : Seigneur, gloire à toi ! (3 f.) Gloire… et maintenant…

 

Kondakion en ton 3 : La Vierge aujourd’hui met au monde l’Eternel, et la terre offre une grotte à l’Inaccessible! Les anges et les pasteurs le louent, et les mages avec l’étoile s’avancent. Car Tu es né pour nous, Enfant nouvelet, Dieu pré éternel !

 

Au lieu du trisagion : Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ : Alléluia !

 

Prokimenon en ton 8 (Ps.65, 4 et 1): Toute la terre se prosternera devant toi : elle te chantera des psaumes ! Elle chantera des psaumes pour ton Nom, Très-Haut ! V : Acclamez le Seigneur, toute la terre ! Chantez un psaume pour son Nom ! Célébrez la louange de sa gloire !

 

Epître : Galates 4, 4-7 (n. trad.)

Frères, lorsque vint la plénitude du temps, Dieu envoya en mission son Fils, venu d’une femme, venu sous la Loi, afin de racheter ceux qui étaient sous la Loi, et pour que nous recevions la filiation divine. Vous êtes donc des fils : Dieu a envoyé en mission dans nos cœurs l’Esprit de son Fils ; Il crie : Abba ! Père ! Aussi es-tu, non plus esclave, mais fils ; et, si tu es fils, tu es également héritier par l’œuvre de Dieu.

 

Alléluia en ton 1 (Ps.18, 2 et 3) :

Les cieux racontent la gloire de Dieu et le firmament annonce l’œuvre de ses mains ! V : Le jour au jour proclame la Parole, et la nuit à la nuit en transmet la connaissance.

 

Evangile : Matthieu 2, 1-12 (n.trad.)

En ce temps-là, comme Jésus était né à Bethléem de Judée, aux jours du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient d’être mis au monde ? Car nous avons vu son étoile à l’Orient et nous sommes venus l’adorer ». A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s’enquit auprès d’eux du lieu où le Christ, le Messie, devait naître. « A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car ainsi est-il écrit par le prophète : ‘Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car c’est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple’ ».

Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l’époque à laquelle l’étoile apparaissait, et les envoya à Bethléem en disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant ; et, quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j’aille l’adorer ». Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route ; et voici que l’étoile, qu’ils avaient vue à l’Orient, avançait devant eux jusqu’à ce qu’elle vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant. A la vue de l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison et virent l’enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l’adorèrent ; ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Puis, avertis en songe de ne pas retourner auprès d’Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin.

 

În vremea aceea, dacà S-a nàscut Iisus în Betleemul Iudeii, în zilele lui Irod regele, iatà magii de la Ràsàrit au venit în Ierusalim, întrebând : «  Unde este regele Iudeilor, Cel ce S-a nàscut ? Càci am vàzut la Ràsàrit steaua Lui si am venit sà ne închinàm Lui. » Si auzind, regele Irod s-a tulburat si tot Ierusalimul împreunà cu el. Si adunând pe toti arhiereii si càrturarii poporului, càuta sà afle de la ei : « Unde este sà Se nascà Hristos ? » Iar ei i-au zis : « În Betleemul Iudeii, cà asa este scris de proorocul : ‘ Si tu, Betleeme, pàmântul lui Iuda, nu esti nicidecum cel mai mic între càpeteniile lui Iuda, càci din tine va iesi Conducàtorul care va paste pe poporul Meu Israël’. »

Atunci Irod chemând în ascuns pe magi, a aflat de la ei làmurit în ce vreme s-a aràtat steaua. Si trimitându-i la Betleem, le-a zis : « Mergeti si cercetati cu de-amànuntul despre Prunc, si dacà Îl veti afla, vestiti-mi si mie, ca, venind si eu, sà mà închin Lui. » Iar ei, ascultând pe regele, au plecat si iatà, steaua pe care o vàzuserà în Ràsàrit mergea înaintea lor, pânà ce a venit si a stat deasupra, unde era Pruncul. Si vàzând ei steaua, s-au bucurat cu bucurie mare foarte. Si intrând în casà, au vàzut pe Prunc împreunà cu Maria, mama Lui, si càzând la pàmânt, s-au închinat Lui ; si deschizând vistieriile lor, I-au adus Lui daruri : aur, tàmâie si smirnà. Iar luând înstiintare în vis sà nu se mai întoarcà la Irod, pe altà cale s-au dus în tara lor.

 

Mégalynaire en ton 1 : Magnifie, ô mon âme, celle qui est plus glorieuse et plus vénérable que toutes les puissances des cieux ! Je vois un mystère étonnant qui dépasse l’entendement : une grotte est devenue le ciel et la Vierge remplace le trône des chérubins ; la crèche est la demeure où repose le Christ, notre Dieu infini que nous chantons et magnifions !

 

Koinonikon (Ps.110) en ton occurrent : Il a envoyé la rédemption à son peuple ; Il a établi pour l’éternité son testament : Alléluia !

 

Au lieu de Nous avons vu la vraie lumière, on chante le tropaire de la Fête.

 
 

 

 

 

Dimanche 26 décembre 2010, dimanche après la Nativité, synaxe de la Mère de Dieu ; mémoire des  saints Joseph le Juste, David le Prophète, Jacques, premier évêque de Jérusalem, et Nicodème de Tismana. Ton 6, rés. 9.

Typiques et Béatitudes : 4 tropaires du ton, 4 de Noël, dans le 2ème canon de la 3ème ode, et 4 des saints, dans la 6ème Ode. Ou bien, antiennes de Noël.

 

Tropaire de la Résurrection, t. 6 : Devant ton sépulcre, les puissances des cieux autant que les soldats, / furent frappées d’effroi.// Marie-Madeleine se tenait près du tombeau/ et cherchait ton corps immaculé.// Mais Tu brisas l’enfer sans te laisser vaincre par lui ; + Tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie:/ Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi !//

 

Tropar Învierii, glasul 6: Puterile îngereşti la mormântul Tău şi străjerii au amorţit şi sta Maria la mormânt, căutând preacurat Trupul Tău. Prădat-ai iadul, nefiind ispitit de dânsul; întâmpinat-ai pe Fecioara, dăruind viaţă. Cela ce ai înviat din morţi, Doamne, slavă Ţie!

 

Tropaire de la Nativité, t. 4 : Ta naissance, ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de l’intelligence. Ceux qui servaient les astres sont instruits par l’astre de t’adorer, Soleil de justice, et te contempler, Orient venant des hauteurs : Seigneur, gloire à toi !

 

Tropaire des saints, t. 2 : Annonce, Joseph, la bonne nouvelle à David,+ à l’ancêtre de Dieu les merveilles dont tu fus le témoin:/ sous tes yeux une vierge a enfanté ;// avec les mages tu t’es prosterné ;+ avec les pâtres tu as rendu gloire au Seigneur,/ et par l’ange tu fus averti. Prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes !// Gloire…

 

Kondakion des saints, t. 3 : Le saint roi David est comblé d’allégresse en ce jour,/ et Jacques offre sa louange avec Joseph.// Ayant reçu couronne dans la parenté avec le Christ,+ ils se réjouissent et chantent celui qui sur terre est né de merveilleuse façon,/ et s’écrient : Sauve dans ton amour ceux qui célèbrent ton Nom !//  Et maintenant…

 

Kondakion de la Nativité, t. 3 : La Vierge aujourd’hui met au monde l’Eternel,/ et la terre offre une grotte à l’Inaccessible!// Les anges et les pasteurs le louent,/ et les mages avec l’étoile s’avancent.// Car Tu es né pour nous, Enfant nouvelet, Dieu pré éternel !

 

Prokimenon, t. 6 : Seigneur, Sauve ton peuple, / et bénis ton héritage !// Vers toi, Seigneur, je crie ; mon Dieu, ne garde pas le silence envers moi ! et des saints, t. 4 : Le Seigneur est admirable dans ses saints, Lui, le Dieu d’Israël ! V : Bénissez Dieu dans les assemblées ! Bénissez le Seigneur Dieu en puisant aux sources d’Israël !

 

Epître : Galates 1, 11-19.

Frères, la Bonne nouvelle (l’Evangile) que j’annonce n’est pas une invention humaine. Je ne l’ai pas reçue d’un homme et personne ne me l’a enseignée, mais c’est Jésus-Christ qui me l’a révélée.

Vous avez entendu parler de la façon dont je me conduisais quand j’étais attaché à la religion juive. Vous savez comment je persécutais avec violence l’Eglise de Dieu et m’efforçais de la détruire. Je surpassais bien des compatriotes juifs de mon âge dans la pratique de la religion juive ; j’étais beaucoup plus zélé qu’eux pour les traditions de nos ancêtres.

Mais Dieu, dans sa grâce, m’a choisi avant même que je ne naisse et m’a appelé à le servir. Et quand Il décida de me révéler son Fils pour que j’annonce aux non-Juifs la Bonne nouvelle qui le concerne, je ne suis allé demander conseil à personne et je ne me suis pas non plus rendu à Jérusalem pour voir ceux qui furent apôtres avant moi ; mais je suis parti aussitôt pour l’Arabie, puis je suis retourné à Damas. C’est trois ans plus tard que je me suis rendu à Jérusalem pour faire la connaissance de Pierre, et je suis resté deux semaines avec lui. Je n’ai vu aucun autre apôtre, mais seulement Jacques, le frère du Seigneur.

 

Alléluia, t. 4 : Souviens-Toi, Seigneur, de David et de toute sa douceur. V/ : A David, le Seigneur l’a promis en vérité, jamais Il ne s’écartera de son serment : C’est le fruit de tes entrailles que Je mettrai sur ton trône.

 

Evangile : Matthieu 2, 13-23

En ce temps-là, après le départ des mages, voici que l’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ! Prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis en Egypte ; restes-y jusqu’à nouvel ordre, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Egypte. Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que s’accomplît ce qu’avait dit le Seigneur par le prophète : D’Egypte, J’ai appelé mon fils. Alors Hérode, se voyant joué par les mages, entra dans une grande fureur et envoya tuer, dans Bethléem et tout son territoire, tous les enfants jusqu’à deux ans, d’après l’époque qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors s’accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jérémie : Une voix dans Rama s’est fait entendre, des pleurs et une longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, parce qu’ils ne sont plus. Après la mort d’Hérode, l’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Egypte, et lui dit : « Lève-toi ! Prends avec toi l’enfant et sa mère, et mets-toi en route pour la terre d’Israël ; car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. » Joseph se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, et il entra dans la terre d’Israël. Mais, apprenant qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place de son père, il eut peur de s’y rendre ; et divinement averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint habiter une ville appelée Nazareth, pour que s’accomplît ce qui avait été dit par les prophètes : Il sera appelé Nazôréen.

 

In vremea aceea, dupà plecarea magilor, iatà îngerul Domnului se aràtà în vis lui Iosif, zicând : « Scoalà-te, ia Pruncul si mama Lui si fugi în Egipt si stai acolo pânà ce-ti voi spune, fiindcà Irod are sà caute Pruncul ca sà-L ucidà. » Si sculându-se, a luat, noaptea, Pruncul si pe mama Lui si a plecat în Egipt. Si au stat acolo pânà la moartea lui Irod, ca sà împlineascà cuvântul spus de Domnul, prin proorocul : « Din Egipt am chemat pe Fiul Meu ». Iar când Irod a vàzut cà a fost amàgit de magi, s-a mâniat foarte si, trimitând a ucis pe toti pruncii care erau în Betleem si în toate hotarele lui, de doi ani si mai în jos, dupà timpul pe care îl aflase de la magi. Atunci s-a împlinit ceea ce se spusese prin Ieremia proorocul : Glas în Rama s-a auzit, plângere si tânguire multà ; Rahela îsi plânge copii si nu voieste sà fie mângâiatà pentru cà nu sînt. Dupà moartea lui Irod, iatà cà îngerul Domnului s-a aràtat în vis lui Iosif, în Egipt, si i-a zis : « Scoalà-te, ia Pruncul si pe mama Lui si mergi în pàmântul lui Israel, càci au murit cei ce càutau sà ia sufletul Pruncului ». Iosif, sculându-se, a luat Pruncul si pe mama Lui si a venit în pàmântul lui Israel. Si auzind cà domneste Arhelau în Iudeea, în locul lui Irod, tatàl sàu, s-a temut sà meargà acolo si, luând poruncà, în vis, s-a dus în pàrtile Galileii. Si venind a locuit în orasul numit Nazaret, ca sà împlineascà ceea ce s-a spus prin prooroci, cà Nazarinean se va chema.

 

Mégalynaire de la Fête en ton 1 : Magnifie, ô mon âme, celle qui est plus glorieuse et plus vénérable que toutes les puissances des cieux ! Je vois un mystère étonnant qui dépasse l’entendement : une grotte est devenue le ciel et la Vierge remplace le trône des chérubins ; la crèche est la demeure où repose le Christ, notre Dieu infini que nous chantons et magnifions !

 

Koinonikon du dimanche (« Louez le Seigneur… ») et des saints, t. 6 : Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ! Aux cœurs droits convient la louange ! Alléluia !

 

Commenter cet article