Ordo Dimanche 14 novembre 2010, 9ème après la Croix, 25ème après Pentecôte, ton 8, rés.3.

Publié le par Père Jean-Pierre

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-315

Site : www.mitropolia.eu

 

Doyenné Orthodoxe Roumain de France

 

Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

DIMANCHES ET FETES

 

Dimanche 14 novembre 2010, 9ème après la Croix, 25ème après Pentecôte, ton 8, rés.3.

 

Saint apôtre Philippe. Le soir, début du carême de Noël, « de saint Philippe » et, en Occident, « de saint Martin ».

Ordre pour une église dédiée à un saint. Si dédiée au Christ : tr. de la R., de l’Ap., kond. de la R., de l’Ap., de la M. de D.

Si dédiée à la Mère de Dieu : tr. de la R., de l’église, de l’Ap., kond. de la R., de l’Ap., de l’église.

 

Tropaire de la Résurrection, t. 8 : Du Ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde ;+ trois jours dans le

tombeau Tu souffris de demeurer pour nous délivrer de nos péchés ;/ notre Vie et notre Résurrection,

Seigneur, gloire à toi !//

 

Tropar, glasul 8: Dintru înălţime Te-ai pogorât, Milostive; îngropare ai luat de trei zile, ca să ne

slobozeşti pe noi din patimi. Cela ce eşti Viaţa şi Învierea noastră, Doamne, slavă Ţie!

 

Tropaire de l’Apôtre, t. 3 : L’univers est en fête, l’Eglise exulte de joie, elle qui fut illuminée grâce

à toi ; couronnée d’allégresse, elle célèbre festivement, saint apôtre Philippe, ta mémoire sacrée ; car à

tous tu as enseigné la foi en Christ et tu as mensé ta course évangélique à bonne fin ; quant à nous qui

élevons avec confiance les mains vers Dieu, prie-le de nous accorder la grâce du Salut !

 

Kondakion de la Résurrection, t. 8 : Ressuscité du tombeau, / Tu as éveillé les morts et ressuscité

Adam ; // Eve danse de joie en ta Résurrection+ et les confins de la terre/ célèbrent ton éveil d’entre

les morts, ô Dieu de miséricorde !// Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit

 

Condacul, glas 8 : Înviind din mormânt, pe cei morti i-ai ridicat si pe Adam l-ai înviat ; Eva

dàntuieste întru Învierea Ta, si marginile lumii pràznuiesc întru scularea Ta cea din morti, mult-

Milostive !

 

Kondakion de l’apôtre Philippe, t. 8 : Ton disciple et ton ami, l’imitateur de ta passion, l’apôtre

Philippe, au monde a prêché ta divinité ; par ses prières garde ton Eglise des injustes ennemis et, par

l’intercession de la Mère de Dieu, tout ton peuple, Seigneur si riche en miséricorde ! Et maintenant…

 

Kondakion de la Mère de Dieu, t. 6 : Protectrice assurée des chrétiens,+ Médiatrice sans défaillance

devant le Créateur,/ ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs !// Mais dans ta bonté+ hâte-toi de

nous secourir,/ nous qui te crions avec foi:// « Sois prompte dans ton intercession,+ et empressée dans

ta prière, ô Mère de Dieu,/ Secours constant de ceux qui t’honorent !»//

 

Prokiménon, t. 8 (Ps. 75, 12 et 2) : Prononcez des vœux et accomplissez-les pour le Seigneur notre Dieu ;/

vous tous qui l’entourez, apportez-lui des présents ! // V/ : Dieu est connu en Judée, en Israël son

Nom est grand ! et de l’Apôtre, t. 8 (Ps. 18, 5 et 2): Leur son a retenti par toute la terre ; et leurs paroles

jusqu’aux extrémités du monde ! V/ : Les cieux racontent la gloire de Dieu ; et l’oeuvre de ses mains,

le firmament l’annonce.

 

Epître du jour : Ephésiens 4, 1-7 et de saint Philippe : 1 Corinthiens 4, 9-16.

Frères, je vous encourage, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, à mener une vie digne de

l’appel que vous avez reçu : en toute humilité, douceur et patience vous supportant les uns les autres

 

avec charité, appliquez-vous à conserver l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Il n’y a qu’un seul

Corps et qu’un seul Esprit, comme il n’y a qu’une seule espérance au terme de l’appel que vous avez

reçu ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-

dessus de tous, par tous et en tous.

 

Alléluia, t. 8 (Ps. 94, 1 et 2) : Venez, exultons pour le Seigneur ! Acclamons Dieu notre Sauveur ! V/ :

Allons en sa présence en le confessant, et acclamons-le au son des psaumes ! et de l’Apôtre, t. 1 (Ps. 88, 6

et 8) : Les cieux confessent tes merveilles, Seigneur ! – Dieu est glorifié dans le conseil des saints !

 

Evangile du jour : Luc 10, 25-37 (notre traduction) et de saint Philippe : Jean 1, 43-51.

En ce temps-là, voici qu’un légiste se leva et dit à Jésus pour l’éprouver : « Maître, que dois-je faire

pour hériter la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit? Comment lis-tu ? » Celui-ci

répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de

toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même ». Jésus lui dit : « Tu as bien répondu ; fais cela et tu

vivras ». Mais l’autre, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

Répondant Jésus dit : « Quelqu’un descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba dans les mains de

brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Il se trouva

qu’un prêtre descendait par cette route : il le vit, changea de côté et passa. De même un lévite, arrivant

à cet endroit, l’aperçut, changea de côté et passa. Mais un Samaritain qui faisait la route arriva près de

lui : il le vit et son cœur se serra. Il s’approcha, pansa ses plaies et y versa de l’huile et du vin ; puis il

le prit sur sa propre monture et le conduisit dans une auberge, où il prit soin de lui. Le lendemain, il

prit deux deniers et les donna à l’aubergiste et dit : Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose

en plus, moi je te rembourserai à mon retour. Lequel de ces trois, à ton avis – demanda Jésus – s’est

montré le prochain de la personne tombée aux mains des brigands ? » L’autre dit : « C’est celui qui lui

a fait miséricorde ». Alors Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même ! »

 

În vremea aceea iatà, un învàtàtor de lege s-a ridicat, ispitindu-L, si zicând : « Învàtàtorule, ce sà

fac ca sà mostenesc viata de veci ? » Iar Iisus a zis càtre el : « Ce este scris în Lege ? Cum citesti ? »

Iar el, ràspunzând, a zis : « Sà iubesti pe Domnul Dumnezeul tàu din toatà inima ta si din tot sufletul

tàu si din toatà puterea ta si din tot cugetul tàu, iar pe aproapele tàu ca pe tine însuti. » Iar El i-a

zis : « Drept ai ràspuns ; fà aceasta si vei trài. » Dar el, voind sà se îndrepteze pe sine, a zis càtre

Iisus : « Si cine este aproapele meu ? » Iar Iisus, ràspunzând, a zis : « Un om cobora de la Ierusalim

la Ierihon, si a càzut între tâlhari, care, dupà ce l-au dezbràcat si l-au rànit, au plecat, làsându-l

aproape mort. Din întâmplare un preot cobora pe calea aceea, si vàzându-l, a trecut pe alàturi. De

asemenea si un levit, ajungând în acel loc si vàzând, a trecut pe alàturi. Iar un samarinean, mergând

pe cale, a venit la el si, vàzându-l, i s-a fàcut milà. Si, apropiindu-se, i-a legat rànile, turnând pe ele

untdelemn si vin, si, punându-l pe dobitocul sàu, l-a dus la o casà de oaspeti si a purtat grijà de el.

Iar a doua zi, scotând doi dinari i-a dat gazdei si i-a zis : ‘Ai grijà de el si, ce vei mai cheltui, eu,

când mà voi întoarce, îti voi da.’ Care dintre acesti trei ti se pare cà a fost aproapele celui càzut între

tilhari ? » Iar el a zis : « Cel care a fàcut milà cu el. » Si Iisus i-a zis : « Mergi si fà si tu asemenea ! »

 

Koinonikon du dimanche, et, pour saint Philippe, t. occ. : Leur son a retenti par toute la terre ; et

leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde, Alleluia !

 

Catéchèse/homélie : 1) nous fêtons l’apôtre Philippe (un des 12), non le diacre (un des 70), honoré

le 11 octobre. 2) Le jeûne de Noël en Occident (Avent) : les premières traces de cette période de

préparation sont d’origine gauloise. Saint Perpétue de Tours (490) établit la règle du jeûne trois jours

par semaine, depuis la fête de saint Martin (11 nov.). On appelait cette période « Quadragesima

Sancti Martini ». Dans les autres pays d’Europe le jeûne commençait le 24 septembre, le 1er ou

14 novembre, ou le 1er décembre. Rome n’adopta la pratique qu’au cours du 6ème siècle, sur 4 ou

5 dimanches seulement, et sans jeûne, sauf aux Quatre-temps, jusqu’au 10ème siècle. L’usage du

christianisme gaulois (jeûne de 6 semaines) est donc proche de celle des Eglises d’Orient (8ème s.).

Commenter cet article