Nice : la superbe cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas, un patrimoine inestimable

Publié le par Père Jean-Pierre

Nice : la superbe cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas, un patrimoine inestimable Imprimer Envoyer
Les Actualités de Nice et de la Côte d'Azur - Patrimoine
Écrit par Alex Benvenuto   
Mercredi, 20 Janvier 2010 17:03
nice-eglise-russe-exterieurLe grave revers juridique que vient de subir la communauté orthodoxe russe de Nice (suivre ce lien pour en savoir plus)braque les feux de l'actualité sur cet édifice hors du commun, emblématique de la cité et témoin incontestable de son passé, tant il est vrai qu'une longue histoire d'amour lie Nice au peuple russe. Il nous a paru utile de rappeler, en quelques lignes, comment et pourquoi ce bel édifice a vu le jour à Nice, entre 1903 et 1912.
Lorsque l’Impératrice douairière 
Maria Feodorovna vient à Cap d’Ail avec le prince héritier et le grand duc Georges en 1896, l’église de la rue Longchamp à Nice, consacrée en 1860 et qu'avait en partie financée son homonyme, la grand-mère du tsarAlexandre III,  est devenue insuffisante pour les besoins du culte. 
L’archiprêtre Lubimoff lui présente ses projets d’une nouvelle église en 1900.

nice-eglise-russe-rue-lonchLa première idée est d’élargir l’église de la rue Longchamp, mais les démarches administratives ne peuvent aboutir. Un terrain est alors acheté à l’angle des rues Verdi et Berlioz. La situation à l’angle de deux artères de Nice donne l’idée à l’architecte de faire deux portes d’entrées identiques. Il choisit le style des églises russes des XVIe et XVIIe siècles avec une partie centrale plus haute entourée de cinq coupoles grandioses. Une première estimation du coût est fixée à 200 000 francs et on décide de commencer les travaux. Mais quand les fouilles pour les fondations sont entamées, l’architecte s’aperçoit que le sol gorgé d’eau ne permet pas une construction d’une telle importance.

nice-eglise-russe-projetLes travaux sont arrêtés jusqu’en 1902, et l’impératrice demande à son fils l’autorisation de construire l’édifice dans le Parc Bermond, alors propriété deNicolas II, à côté du mausolée du tsarévitch. Nicolas II accepte et la première pierre est posée en grande pompe en avril 1903. Les travaux vont durer 9 ans et demi. En 1906, lils sont à nouveau arrêtés par la perte d’une grande partie du capital due à la baisse des emprunts russes liée à la guerre russo-japonaise. Mais en 1908, Nicolas II décide que les travaux doivent être achevés et fait un don personnel de 700  000 francs-or. 

nice-eglise-russe-projet-1903Le projet, dressé par l’architecte Préobrajensky, prévoit des matériaux en harmonie avec la nature de la Côte d’Azur. Les briques qui garnissent la façade sont de provenance allemande, le marbre français, le granit rose italien, les tuiles vernissées florentines, la pierre provient des carrières de la Turbie. Mais la décoration respecte scrupuleusement les règles de l’iconographie orthodoxe.
La dépense totale pour l’ensemble des travaux du seul édifice s’élève alors à 1  500  000 francs-or, dont les 700  000 francs donnés par l’Empereur 
Nicolas II.

nice-eglise-russe-iconostaseLa réalisation de l’iconostase est confiée à L.A. Pianovsky. Il travaille six mois dans les vieilles églises de Iaraslav et Moscou et réalise un des chefs-d’œuvre de l’art religieux russe.
Les objets décoratifs sont presque tous des dons des membres de l’église. Ils sont une synthèse des divers styles de l’art religieux russe et font de l’édifice entier et de sa décoration un véritable musée.
L’icône de Saint Nicolas mérite un regard particulier. Elle appartenait au prince héritier Nicolas Alexandrowitch qui l’avait amené de Saint Petersbourg dans ses bagages. Lors de sa mort à Nice, l’icône fut placée au-dessus de son lit, puis confiée à l’église russe de la rue Longchamp en attendant la fin de la construction de la chapelle commémorative à la mémoire du tsaréwich. A ce moment-là, elle fut placée au-dessus du portail d’entrée. Les rayons du soleil la rendirent très foncée et méconnaissable, et elle fut reléguée derrière l’iconostase de l’église. En 1935, on remarqua que l’image redevenait plus claire. Elle est devenue une des icônes les plus vénérées de la cathédrale.
L’inauguration de la cathédrale a lieu en décembre 1912 devant des représentants de la famille impériale de Russie. Elle est suivie d’un grand déjeuner à l’Hôtel du Parc Impérial, aujourd'hui Lycée éponyme, à 
Nice.

invitation-inauguration-eglise-russe-nice

L’église est la seule d’Europe à avoir été érigée en cathédrale hors Russie. Joyau d’histoire et merveille architecturale, elle est le dernier cadeau que la famille impériale fit à 
Nice, puisque cinq ans après sa consécration, le régime tsariste était emporté par la tourmente. Elle est restée un lieu d’espoir et d’exil pour tous les Russes qui avaient perdu leur patrie et revenaient à Nice après 1917.

Commenter cet article