Le 22 février, mémoire de nos vénérables Pères THALASSE et LIMNEE

Publié le par Père Jean-Pierre

Le 22 février, mémoire de nos vénérables Pères THALASSE et LIMNEE

Ces Pères théophores vécurent en Syrie, au temps de l'épiscopat de Théodoret de Cyr, lequel profita de leur compagnie et rapporta
leur genre de vie1. Saint Thalasse (ci-vontre) fonda un monastère cénobitique sur une colline et dépassa tous les ascètes de son temps par sa douceur et l'équilibre de son jugement. Limnée était entré tout jeune dans cette sainte palestre, afin d'y être instruit par Thalasse des rudiments de la vie ascétique. Sachant combien la langue peut être occasion de péché, il s'imposa, dès son entrée, un silence complet. Après avoir imprimé en lui, comme un sceau, les vertus et les enseignements du saint vieillard, il se rendit auprès de Saint Maron (cf. 14 février).

Au bout de quelques années, il fut saisi du désir de s'offrir au martyre quotidien de la vie en plein air, comme son condisciple Jacques (cf. 26 novembre). Il s'installa alors sur une montagne qui surplombait le bourg de Targola et il y demeura pendant plus de trente huit ans, exposé aux intempéries, dans un enclos qu'il n'ouvrait que pour recevoir l'Evêque Théodoret. Il ne parlait aux autres visiteurs qu'à travers une étroite fenêtre, d'où il leur donnait sa bénédiction qui avait le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons.

Lorsqu'il était lui-même assailli par quelque maladie, il prenait patience, comme Job, et calmait la douleur par l'invocation du Nom divin. C'est ainsi, par la prière, qu'il fut gardé indemne des morsures répétées d'une vipère. Emu d'une tendre compassion envers les aveugles de la région, réduits à la mendicité, il les installa dans des refuges qu'il avait construits aux alentours de son enclos, et il engageait ses visiteurs à subvenir à leurs besoins. Placé aux milieu d'eux comme une colonne de prière, l'homme de Dieu les exhortait à transformer leur infortune en voie de sanctification, en chantant sans arrêt les louanges de Dieu.

1. Cf. Histoire des moines de Syrie XXII (SC 257, 122-133).

Commenter cet article