Le 1er octobre, mémoire de Saint RÉMI, Evêque de Reims et apôtre des Francs (438-533)

Publié le par Père Jean-Pierre

 

http://calendrier.egliseorthodoxe.com/pages/calend10new.htmlLe 1er octobre, mémoire de Saint RÉMI, Evêque de Reims et apôtre des Francs (438-533)

La naissance de Rémi fut prédite à ses parents avancés en âge par un Saint ermite du nom de Montan. Dans sa jeunesse le noble garçon cultiva avec succès les sciences profanes et divines, puis se retira pour mener la vie solitaire dans une petite maison près de Laon. Il mena une vie si sainte que, le siège épiscopal de Reims étant vacant, le Clergé et le peuple de cette ville vinrent l'enlever de sa retraite pour le nommer Evêque, malgré ses vingt-deux ans. Lors de sa consécration, son front parut brillant de lumière et fut embaumé d'un céleste parfum.

Le jeune prélat devint bientôt la personnalité la plus célèbre de Belgique et du nord de la Gaule. Par son ardente prédication, il convertissait les païens et amenait les hérétiques ariens au repentir. Il créa des Diocèses, établit des pasteurs et inspira aux habitants de ces régions dévastées par les récentes invasions barbares l'amour des ennemis, le désintéressement et le désir des biens célestes. Partout où il prêchait de nombreux miracles venaient confirmer la vérité de son enseignement. Pendant ses repas, les oiseaux venaient prendre leur nourriture dans ses mains. Il guérissait les malades, délivrait les possédés; et un jour où un incendie s'était déclaré dans la ville, il se jeta dans les flammes et les fit reculer.

Pendant ces années où l'Occident romain souffrait l'agonie sous les invasions des peuples barbares, la Gaule était occupée par les Wisigoths et les Burgondes, partisans de l'Arianisme, au Sud; par les Alamans, sur les rives du Rhin; et par les Francs, restés païens, au Nord. A la mort de son père Childeric en 482, Clovis, qui n'avait que quinze ans, devint chef des rudes guerriers francs. Il était encore idolâtre, mais admirait les moines et portait une grande vénération pour les Evêques Orthodoxes; en particulier pour Rémi, dont il suivait les sages conseils. En 493, il épousa Sainte Clotilde (commémorée le 3 juin), laquelle exerça sur lui une bienfaisante influence.

Affrontant les Alamans lors de la bataille de Tolbiac, les troupes de Clovis reculaient. Le souverain se tourna alors vers le Dieu de Clotilde et de Rémi et remporta une victoire éclatante. Exaucé dans sa prière, il résolut de se convertir et demanda à Saint Rémi de l'instruire dans les rudiments de la foi. En entendant l'Evêque lui décrire les événements qui accompagnèrent la Passion du Christ, le généreux guerrier s'écria: «Ah! Que n'étais-je là avec mes Francs pour Le délivrer!». Deux ans plus tard (25 décembre 498 ou 499), le chef barbare conviait tous les personnages éminents du royaume et d'au-delà des frontières pour assister à son Baptême, à Reims. La nuit précédant la cérémonie Saint Rémi fit venir le roi et sa suite dans l'église pour leur faire un sublime discours sur la vanité des faux dieux et les grands mystères de la religion chrétienne. L'église se remplit alors soudain d'une lumière et d'une odeur célestes, et l'on entendit une voix d'en-haut qui disait: «La paix soit avec vous!» Au moment de plonger le roi dans les eaux de la nouvelle naissance, Rémi lui dit: « Courbe la tête, fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré». Mais au moment de faire l'onction du nouveau baptisé avec le Saint Chrême (myron), le Hiérarque s'aperçut que l'huile manquait; il leva alors les yeux au ciel, priant Dieu d'y pourvoir, et une blanche colombe descendit du ciel en portant une ampoule pleine d'un liquide miraculeux. Deux soeurs du souverain et trois mille de ses seigneurs et soldats furent baptisés en même temps que Clovis, marquant la conversion définitive de ce peuple barbare et la naissance de la nation française chrétienne. Sous la direction spirituelle de Saint Rémi, Clovis, ce nouveau Constantin, poursuivit par la suite l'unification des populations barbares et gallo-romaines en Gaule, et confirma son peuple dans la Vraie Foi.

Parvenu à un âge avancé, Saint Rémi devint aveugle, mais persévérant dans la prière et l'espérance, il fut miraculeusement guérit, célébra une dernière fois la Divine Liturgie et s'endormit paisiblement en 533.

Commenter cet article