L’Eglise orthodoxe d’Ukraine demande la restitution des biens expropriés et transmis aux schismatiques

Publié le par Père Jean-Pierre

 M. Anissimov, responsable du service de presse de l’Eglise orthodoxe ukrainienne souhaite l’adoption d’une loi portant sur la restitution des biens ecclésiaux. Il a déclaré dans le cadre d’un entretien accordé à Interfax-Religion : « Les schismatiques du « patriarcat » de Kiev doivent restituer les biens mobiliers et immobiliers dont se sont emparés leurs représentants. Il est indispensable d’adopter une loi qui permette le retour à l’Eglise des biens expropriés y compris ceux dont les schismatiques se sont arbitrairement emparés. Fhilarète Denissenko, leader du "patriarcat" autoproclamé de Kiev a fait parvenir aux paroisses une circulaire promettant la damnation éternelle à tous ceux qui entreraient en contact avec des représentants de l’Eglise d’Ukraine. Les temps ont heureusement changé. 
Il convient maintenant de faire parvenir au prétendu patriarche Philarète les appels des patriarcats de Constantinople, d’Alexandrie, de Jérusalem et de Moscou ainsi que des primats d’autres Eglises locales invitant les schismatiques à réintégrer l’Eglise orthodoxe d’Ukraine. M. Denissenko dispose des moyens nécessaires pour promouvoir ses intérêts. En 1994, suite à l’échec électoral du président Léonid Kravtchouk, le leader des schismatiques s’est trouvé privé de protection politique. 

Les services juridiques de l’Etat s’étaient alors intéressés aux activités commerciales du « patriarcat de Kiev », ils furent étonnés de la quantité de sociétés-écran qu’il avait créées. Nous avons affaire à une structure financière pseudo ecclésiale d’envergure qui a soudoyé les réseaux commerciaux et les fonctionnaires et qui n’acceptera pas de disparaître. Tout y est passé : exportation de pétrole, importation au noir de voitures étrangères, fraude à l’aide humanitaire, recrutement de mercenaires. 

L’Eglise est en Ukraine séparée de l’Etat. Le Président est tenu de faire respecter la constitution et les lois. Si les actes illégaux commis par le pouvoir précédent à l’égard de l’Eglise orthodoxe d’Ukraine seront corrigés, ce qui est indispensable, les divisions de l’Eglise seront surmontées par des moyens ecclésiaux et non administratifs ». 

Traduction "P.O." 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article