Indonésie: des musulmans extrémistes incendient deux églises

Publié le par Père Jean-Pierre

08/02/2011 07:59 LA CROIX
TEMANGGUNG (Indonésie), 8 fév 2011 (AFP) - Indonésie: des musulmans extrémistes incendient deux églises (police)

Une foule de musulmans extrémistes ont incendié mardi deux églises et pillé une troisième lors d'affrontements avec la police dans le centre de Java, en réclamant la peine de mort pour un chrétien condamné pour blasphème de l'Islam, a indiqué la police.

La foule protestait contre la condamnation à cinq ans de prison d'un homme de 58 ans, Antonius Bawengan, jugé pour avoir distribué des tracts insultant l'Islam. Il a écopé de la peine maximale pour ce délit.

Mais le jugement a mis en colère une foule de quelque 1.500 personnes, qui jugeaient la peine trop clémente.

"C'était aujourd'hui le moment le plus intense du procès... La foule a crié qu'il (l'accusé) devrait être condamné à la peine de mort ou livré au public", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police du centre de Java, Djihatono.

"Deux églises ont été brûlées. Les fenêtres ont été brisées et les toits incendiés. Une autre église a été abîmée", a-t-il ajouté.

"Ils scandaient "tuer, tuer" devant le tribunal et "brûler, brûler+ en se dirigeant vers les églises", a précisé le porte-parole.

Les 1.500 protestataires ont jeté des pierres vers la police, qui a répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs en l'air. Une voiture de police a été incendiée, selon l'agence officielle Anatara.

La situation est redevenue calme à la mi-journée.

Dimanche, toujours à Java, un millier de personnes, parfois armées de machettes, étaient intervenues à l'appel d'organisations islamistes pour empêcher une réunion de la secte islamiste Ahmadiyah dans une maison particulière, sous les yeux de la police, restée passive.

Trois membres de ce mouvement, dont deux frères, ont été tués, selon la police.

Une vidéo montrant cet accès de violence a été diffusée lundi par des médias indonésiens. Le président indonésien s'était déclaré lundi "profondément préoccupé" par cette attaque, intervenue à la veille de l'ouverture de "la semaine pour l'harmonie entre les religions".

Commenter cet article