Dimanche 25 juillet 2010, 9ème après la Pentecôte, dormition de saint Anne, ton 8, Rés.9.

Publié le par Père Jean-Pierre

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-298

Site : www.mitropolia.eu

 

D o y e n n é  O r t h o d o x e  R o u m a i n  d e  F r a n c e

                                     Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

 

DIMANCHES   ET   FETES                                                                                                          n° 298

 

Dimanche 25 juillet 2010, 9ème après la Pentecôte, dormition de saint Anne, ton 8, Rés.9.

 

Tropaire de la Résurrection en ton 8 : Du Ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde ;+ trois jours dans le tombeau Tu souffris de demeurer pour nous délivrer de nos péchés ;/ notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi !//

 

Tropar, glasul 8: Dintru înălţime Te-ai pogorât, Milostive; îngropare ai luat de trei zile, ca să ne slobozeşti pe noi din patimi. Cela ce eşti Viaţa şi Învierea noastră, Doamne, slavă Ţie!

 

Tropaires de l’église ou du monastère.

 

Tropaire de sainte Anne, t.4 : Celle qui enfanta la Vie, la divine Mère immaculée, tu l’as mise au monde, sainte Anne, Sage-en-Dieu. C’est pourquoi tu es partie avec gloire en ce jour vers la béatitude des cieux, là où demeurent ceux qui exultent de joie ; et tu implores, Bienheureuse, la rémission des péchés pour les fidèles qui te vénèrent de tout coeur.

 

Kondakion de la Résurrectionen ton 8 : Ressuscité du tombeau, / Tu as éveillé les morts et ressuscité Adam ; // Eve danse de joie en ta Résurrection+ et les confins de la terre/ célèbrent ton éveil d’entre les morts, ô Dieu de miséricorde !// Gloire…

 

Kondakion de sainte Anne, t. 2 : Célébrant la mémoire des ancêtres du Christ, demandons-leur secours avec foi, pour  être délivrés de toute affliction, nous qui chantons : Sois avec nous, Seigneur qui, dans ta bienveillance, les as glorifiés !

 

Kondakia de l’église ou du monastère. Et maintenant...

 

Kondakion de la Mère de Dieu, t. 6 : Protectrice assurée des chrétiens...

 

Prokiménon du ton 8 (Ps. 75, 12 et 2) : Prononcez des vœux et accomplissez-les pour le Seigneur notre Dieu ;/ vous tous qui l’entourez, apportez-lui des présents ! // V/ : Dieu est connu en Judée, en Israël son Nom est grand !et de sainte Anne, t. 4 (Ps. 67, 36 et 27): Le Seigneur est admirable dans ses saints, Lui, le Dieu d’Israël. V/ Bénissez Dieu dans les assemblées, bénissez le Seigneur, en puisant aux sources d’Israël !

 

Epître dominical : 1 Corinthiens 3, 9-17 ; et pour sainte Anne : Galates 4, 22-31.

Frères, nous sommes, nous les apôtres, des compagnons de travail au service de Dieu ; et vous êtes le champ cultivé par lui, l’édifice de Dieu. Selon la grâce que Dieu m’a donnée, j’ai posé, en bon architecte, les fondations, et sur cette base un autre édifie : mais que chacun prenne garde à la manière dont il construit. Car personne ne peut poser une autre base que celle qui s’y trouve : Jésus Christ. Sur cette base, on pourra construire avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille ; mais, au jour du jugement, Dieu révélera ce que vaut l’œuvre de chacun. Elle sera soumise à l’épreuve du feu, qui en établira la qualité. Qui bâtit une œuvre qui résiste à ce feu recevra sa récompense ; mais, si l’œuvre est consumée, on aura perdu sa peine, bien que sauvé personnellement, comme à travers un incendie. N’oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un détruit ce temple divin, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c’est vous.

 

Alléluia du ton 8 (Ps. 94, 1 et 2) : Venez, exultons pour le Seigneur ! Acclamons Dieu notre Sauveur ! V/ : Allons en sa présence en le confessant, et acclamons-le au son des psaumes ! et de sainte Anne, t. 4 (Ps. 39, 2 ; 33, 20) : J’ai attendu ardemment le Seigneur, et Il m’a prêté attention, Il a exaucé ma supplication. V/ Nombreuses sont les tribulations des justes, mais de toutes le Seigneur les délivrera..

 

Evangile dominical: Matthieu 14, 22-34 (n. trad.) ; et pour sainte Anne : Luc 8, 16-21.

En ce temps-là, Jésus obligea ses disciples à remonter dans la barque et de le précéder sur l’autre rive, pendant qu’Il renverrait les foules. Quand Il les eut renvoyées, Il gravit la montagne pour prier à l’écart ; et là, Il était seul, à la tombée de la nuit. La barque se trouvait déjà au milieu de la mer, harcelée par les vagues, car le vent était contraire. A la quatrième veille de la nuit, Jésus vint vers les disciples, marchant sur la mer.Et les disciples, le voyant marcher sur la mer, terrifiés, dirent : « C’est un fantôme ! » et ils crièrent d’effroi. Mais Jésus leur parla et leur dit aussitôt : « Rassurez-vous, c’est Moi, n’ayez pas peur ! » Pierre lui répondit et dit : « Seigneur, si c’est bien Toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Et Pierre sortit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais devant la violence du vent il prit peur et, sur le point de couler, il s’écria : « Seigneur, sauve-moi ! »  Aussitôt, Jésus, tendant la main, le saisit en lui disant : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent cessa. Ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant Jésus en disant : « Tu es vraiment le Fils de Dieu ! » Et lorsqu’ils eurent achevé la traversée, ils touchèrent terre à Génésareth.

 

În vremea aceea, îndatà Iisus a silit pe ucenici sà intre în corabie si sà treacà înaintea Lui, pe tàrmul celàlalt, pânà ce El va da drumul multimilor. Iar dând drumul multimilor, S-a suit în munte, ca sà se roage singur. Si, fàcându-se searà, era singur acolo. Iar corabia era acum la multe stadii departe de pàmânt, fiind învàluità de valuri, càci vântul era împotrivà. Iar la a patra strajà din noapte, a venit la ei Iisus, umblând pe mare. Vàzându-L umblând pe mare, ucenicii s-au înspàimântat, zicând cà e nàlucà si de fricà au strigat. Dar El le-a vorbit îndatà, zicându-le : « Îndràzniti, Eu sunt ; nu và temeti ! » Iar Petru, ràspunzând, a zis : « Doamne, dacà esti Tu, porunceste sà vin la Tine pe apà. » El i-a zis : « Vino ! » Iar Petru, coborându-se din corabie, a mers pe apà si a venit càtre Iisus. Dar vàzând vântul, s-a temut si, începând sà se scufunde, a strigat, zicând : « Doamne, scapà-me ! » Iar Iisus, întinzând îndatà mâna, l-a apucat si a zis : « Putin credinciosule, pentru ce te-ai îndoit ? » Si suindu-se ei în corabie, s-a potolit vântul. Iar cei din corabie I s-au închinat, zicând : « Cu adevàrat Tu esti Fiul lui Dumnezeu ! » Si, trecând dincolo, au venit în pàmântul Ghenizaretului.

 

Koinonikon du jour, et de sainte Anne, t.8 : (Ps.32) « Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ! Aux cœurs droits convient la louange : Alléluia !

 

Cat./hom. : honorer Anne, l’aïeule du Christ, dans sa dormition c’est honorer la « source hébraïque » et biblique.

puiser aux sources d’Israël : (trad.P.Placide), litt. « depuis les sources d’I. » (ek phgwn) ; « vous qui êtes de la source d’Israël, ses descendants » (trad. Crampon) ; « à la source d’I. » (TOB) : les rabbins interprètent « le sein maternel », « l’origine » ; p.-ê. la source du Guihôn, où fut sacré Samuel (cf.1R, 1, 33-40). Israël-Source, comme Israël-Vigne, comporte les douze tribus ; elle s’accomplit dans le Christ, issu de la Source et de la Racine, et Lui-même Source et Vigne, Israël en Personne ; elle s’accomplit en ses membres, ceux qui le reconnaissent comme Messie et comme Dieu, les baptisés issus de toutes les nations – l’Eglise. Il n’y a pas de vraie vie pour des chrétiens déconnectés de la source hébraïque. « Puiser »= étudierla Bible, et les coutumes hébraïques encore en vigueur, visiterles pays, se familiariser avec la culture sémitique, pour interpréter l’enseignement de Jésus ; rompre avec toute forme de disqualification du judaïsme, en paroisse, en famille ; élargir : Israël ne se réduit pas non plus au judaïsme (Juda n’est qu’une des 12 tribus, quoique la plus nombreuse et celle du Christ lui-même). La « source d’Israël » est, pour les chrétiens, incontournable. Dans toutes les maisons, il peut y avoir, le saint Evangile et la Bible tout entière : on peut également les lire ! Profiter, par exemple, du carême de la Mère de Dieu, la Vierge d’Israël (1-15 août) pour lire les psaumes tous les jours, à la suite, en regardant les notes et les renvois donnés par l’éditeur. Proposer à la rentrée des études bibliques en paroisse... Apprendre un peu de grec et unpeu d’hébreu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article