Dimanche 23 janvier 2011. 31ème dimanche après la Pentecôte, Ton 2, rés. : 2.

Publié le par Père Jean-Pierre

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-327

Site : www.mitropolia.eu

 

D o y e n n é  O r t h o d o x e  R o u m a i n  d e  F r a n c e

                                     Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

 

 

Dimanche 23 janvier 2011. 31ème dimanche après la Pentecôte, Ton 2, rés. : 2.

 

Tropaire de la Résurrection, t. 2 : Lorsque Tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, / l’enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité ; // et, lorsque Tu ressuscitas les morts qui gisaient au fond du tombeau, / tous les anges dans les cieux se mirent à chanter : Gloire à toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu !//

 

Tropar Învierii, glas 2: Când Te-ai pogorât la moarte, Cela ce eşti Viaţa cea fără-de-moarte, atuncea iadul l-ai omorât cu strălucirea Dumnezeirii; şi când ai înviat pe cei morţi din cele de desubt, toate Puterile cereşti au strigat: Dătătorule de viaţă, Hristoase, Dumnezeul nostru, slavă Ţie!

 

Tropaires et kondakia de l’église. Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit !

 

Kondakion de la Résurrection, t. 2 : Lorsque Tu es ressuscité du tombeau, Sauveur tout-puissant,/ l’enfer à la vue de ce miracle fut saisi de frayeur ;// les morts se sont levés et, en te voyant, la création partage ta joie,+ Adam s’unit à l’allégresse ;/ et le monde, ô mon Sauveur, te chante pour toujours !//

 

Condacul Învierii, glas 2 : Înviat-ai din mormânt, Mântuitorule Atotputernice, si iadul vàzând minunea, s-a spàimântat, si mortii s-au sculat, si fàptura vàzând, se bucurà de Tine, si Adam împreunà se veseleste, si lumea, Mântuitorul meu, Te laudà pururea !

 

Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen !

 

Kondakion de la sainte Rencontre, t. 1 : Seigneur qui par ta naissance as sanctifié le sein de la Vierge,/ par ta présentation Tu as béni les mains de Siméon ?// En venant à notre rencontre,/ Tu nous as sauvés, ô Christ notre Dieu.// Donne en notre temps la paix à ton Eglise,/ affermis nos pasteurs dans ton amour, Toi le seul Ami des hommes.//

 

Prokimenon dominical, t. 2 : Le Seigneur est ma force et mon chant/ et Il s’est fait mon salut. // V : Le Seigneur m’a purifié et purifié encore pour m’éduquer, mais Il ne m’a pas livré à la mort.

 

Epître : 1 Timothée 1, 15-17

Timothée, mon enfant dans la Foi, sûre et digne d’approbation totale est cette parole : le Christ Jésus est venu dans le monde sauver les pécheurs, dont je suis, moi, le premier. Mais, si Jésus Christ m’a fait miséricorde, c’est pour montrer en moi le premier toute sa longanimité, afin de servir d’exemple à ceux qui croiront en lui pour la vie éternelle. Au Roi des siècles, donc, au Dieu invisible, immortel et unique, honneur et gloire dans les siècles des siècles : Amen !  

 

Timotei, adevàrat fiu în credintà, vrednic de credintà si de toatà primirea e cuvântul cà Iisus a venit în lume ca sà mîntuiascà pe cei pàcàtosi, dintre care cel dintâi sînt eu. Si tocmai pentru aceea am fost miluit, ca Iisus Hristos sà arate mai întâi în mine toatà îndelunga Sa ràbdare, ca pildà celor ce vor crede în El, spre viata vesnicà. Iar Împàratului veacurilor, Celui nestricàcios, nevàzutului, singurului Dumnezeu sà fie cinste si slavà în vecii vecilor : Amin !

Alléluia dominical, t. 2 : Que le Seigneur t’exauce au jour de la tribulation ! Que le Nom du Dieu de Jacob te protège ! V : Seigneur, sauve le Roi, et exauce-nous, le jour où nous t’invoquerons !

 

Evangile : Luc 18, 35-43.

En ce temps-là, comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait. Entendant marcher la foule, il demanda ce que cela signifiait. On lui annonça que Jésus de Nazareth passait par là. Alors il poussa des cris en disant : « Jésus, Fils de David, fais-moi miséricorde !»  Ceux qui marchaient en tête le menaçaient pour qu’il fasse silence ; mais lui criait encore plus fort : « Fils de David, miséricorde ! » Jésus s’arrêta donc et ordonna qu’on le lui conduise. Quand l’aveugle fut près de lui, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que Je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je recouvre la vue ! » Jésus lui dit : « Recouvre la vue ! Ta foi t’a sauvé !» A l’instant même l’aveugle recouvra la vue, et il suivait Jésus en glorifiant Dieu ; et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu.

 

În vremea aceea, când S-a apropiat Iisus de Ierihon, un orb sedea lângà drum, cersind. Si, auzind el multimea care trecea, întreba ce e aceasta. Si i-au spus cà trece Iisus Nazarineanul. Si el a strigat, zicând : « Iisuse, Fiul lui David, fie-Ti milà de mine ! » Si cei care mergeau înainte îl certau ca sà tacà, iar el cu mult mai mult striga : « Fiule al lui David, fie-Ti milà de mine ! » Si oprindu-Se, Iisus a poruncit sà-l aducà la El ; si apropiindu-se, l-a întrebat : « Ce voiesti sà-ti fac ? » Iar el a zis :m « Doamne, sà vàd ! » Si Iisus i-a zis : « Vezi : Credinta ta te-a mîntuit ! » Si îndatà a vàzut si mergea dupà El, slàvind pe Dumnezeu. Si tot poporul, care vàzuse, a dat laudà lui Dumnezeu.

 

Pistes pour l’homélie et la catéchèse : la conversion, voie du bonheur...

1. Le rapport entre les textes évangéliques de ces trois dimanches après la théophanie est dans le thème de la « conversion » (metanoia, metanoia) : « convertissez-vous » = changer sa mentalité, se retourner pour aller vers le Seigneur ; le lépreux « revient sur ses pas » ; l’aveugle est conduit « près de » Jésus.

2. La vie selon la Foi dépend d’un rapport de proximité, de la communion personnelle, du dialogue de personne (divine) à personne (humaine) : ce dialogue émerge de ces trois évangiles.

3. Les formes que prend la « conversion » correspondent à un changement des pensées (renoncer à certaines pensées mortifères), des paroles (renoncer à des habitudes de langage, à la parole facile et vaine, aux mots qui blessent ou qui tuent...), des comportements (passer d’une vie païenne à une vie chrétienne), ce que disait saint Paul dimanche dernier : quitter « débauche, impureté, passion, convoitise mauvaise, ainsi que l’avarice, qui est une sorte d’idolâtrie... Vous aussi, vous erriez dans ces péchés autrefois, quand ils faisaient votre vie. Maintenant, rejetez vous aussi tout cela : colère, irritation, méchanceté, blasphème, grossièreté sortie de vos lèvres. Ne vous trompez pas les uns les autres... » Ces changements – du virtuel au réel - conduisent à la communion personnelle.

Changement de pensée, de parole et de moeurs, cela veut dire vivre autrement que le monde au sein duquel le Christ nous envoie (monde professionnel, par exemple) et dont l’image arrive sur nos écrans (cinéma, télévision, Internet...). Etre disciple de Jésus, c’est vivre d’une tout autre vie. Mais le but n’est pas de satisfaire à une simple morale ; le but est de connaître le Seigneur. Nous ne jugeons pas le monde, mais nous avons été appelés et initiés à un autre mode de vie, celui de la Divinité elle-même...

La communion personnelle avec le Seigneur Jésus Christ, suite à une vraie conversion, nous fait entrer dans la vie même de Dieu ; communier au Christ, c’est communier à toute la divinité, communier au Père, communier à l’Esprit. Cette communion n’est pas d’abord sacramentelle (eucharistie) ; elle est d’abord existentielle (mode de vie, mode de pensée, mode d’expression – en fait toute une « culture »).

Et cette connaissance de la Divinité est simultanément la connaissance de l’Humanité véritable. L’être humain, homme et femme, devient pleinement Homme par la communion au Christ, qui est Dieu total et Homme total. Pour celui qui mène une vie pure selon les commandements du Christ, la connaissance parfaite de la vérité, en fait l’accès au réel, est possible, parce que le saint Esprit est à la fois celui qui inspire la conversion et celui qui la couronne par l’union indéfectible à Jésus le Bien-aimé du Père et notre Bien-aimé à nous ! Et c’est, disent les saints, le bonheur, la béatitude, l’allégresse et la félicité !

 

Commenter cet article