Dimanche 21 février 2010, 1er de Carême (l’Orthodoxie et les saintes icônes) Div. lit. selon st Basile t. 4.

Publié le par Père Jean-Pierre

 

 

basile.jpg

Chers Pères et Frères voici l'ordo que nous proposons au Doyenné pour dimanche prochain.
 
Pouvez-vous ajouter dans la prière pour les malades une Aurélie - la fille de notre diacre Jean et de Françoise Hoegy (Gouhenans)
 
Pour ceux qui habitent la Région parisienne, le dimanche de l'Orthodoxie est organisé ce qui suit:
1) divine liturgie avec les Orthodoxes de tous les diocèses dans la cathédrale Saint-Etienne à Paris
2) après un repas sur place, à 15.00 réunion dans notre paroisse Sainte-Parascève-et-sainte-Geneviève; conférence (P Michel Evdokimov) sur Père Alexandre Men (20ème anniversaire de sa naissance au Ciel)
3) à 18.00, cathédrale des Saints-Archanges, célébration avec le métropolite Joseph du rétablissement de la vénération des saintes icônes.
Dans toutes les régions de France, nous participons autant que nous pouvons à toute manifestation de l'unité inter orthodoxe.
 
Pardonnez-moi et priez pour moi!
prêtre Marc Antoine

 

 


 

Dimanche 21 février 2010, 1er de Carême (l’Orthodoxie et les saintes icônes) Div. lit. selon st Basile t. 4.

 

Tropaire de la Résurrection, t. 4 : Recevant de l’ange la joyeuse nouvelle de la Résurrection de leur Seigneur+ et détournant l’ancestrale condamnation, / les saintes Femmes se firent gloire d’annoncer aux apôtres:// le Christ a triomphé de la mort !/ Il est ressuscité, notre Dieu, pour donner au monde la grâce du Salut.

 

Tropar Învierii, glasul 4 : Propovăduirea Învierii cea luminată înţelegând-o de la înger uceniţele Domnului şi lepădând osândirea cea strămoşească, Apostolilor lăudându-se au zis: Jefuitu-s-a moartea, sculatu-S-a Hristos Dumnezeu, dăruind lumii mare milă.

 

Tropaire du Triode, t. 2 (n. trad.) : Devant ton image très pure nous nous prosternons, ô Dieu de bonté,+ demandant le pardon de nos péchés, ô Christ Dieu !/ Tu as daigné monter librement sur la Croix dans ta chair pour délivrer de la servitude de l’Ennemi ceux que Tu as créés.// C’est pourquoi nous te rendons grâces en nous écriant:/ « Tu as tout rempli de joie, ô notre Sauveur, t’étant rendu présent à ton monde pour le sauver ! »//

 

Troparul Triodului, glasul al 2-lea : Preacuratului Tàu chip ne închinàm, Bunule, cerând iertare gresealelor noastre, Hristoase Dumnezeule ! Cà de voie ai binevoit a Te sui cu trupul pe Cruce, ca sà scapi din robia vràjmasului pe cei pe care i-ai zidit. Pentru aceasta cu multumire strigàm Tie : Toate le-ai umplut de bucurie, Mântuitorul nostru, Cel ce ai venit sà mântuiesti lumea !          Gloire...

 

Kondakion du Triode, t. 8 : Le Verbe de Dieu, que l’univers ne peut contenir+ se laisse circonscrire en s’incarnant de toi, ô Mère de Dieu,/ et restaure l’antique image souillée par le péché en lui ajoutant sa divine beauté.// Confessant le Salut en parole et en action,/ restaurons nous aussi notre ressemblance à Dieu !//

 

Condacul, glasul a 8-lea : Cuvântul Tatàlui cel necuprins, din tine, Nàscàtoare de Dumnezeu, S-a cuprins, întrupându-se ; si chipul cel întinat la chipul dintâi întorcându-l, cu dumnezeiasca podoabà l-a amestecat. Deci, màrturisind mântuirea, îl închipuim cu fapta si cu cuvântul.        Et maintenant…

 

Kondakion de l’Annonciation, t. 8 (usage grec) : Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine, toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine ! Vers toi montent nos louanges, nos chants d’action de grâce. De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts ; sauve-nous de tout danger ; hâte-toi de sauver les fidèles qui te chantent : Réjouis-toi, Epouse inépousée !

 

Prokimenon, t. 4 : Béni es-Tu, Seigneur, Dieu de nos Pères !/ Ton Nom est loué et exalté dans tous les siècles !// V/ : Car Tu es juste en tout ce que Tu as fait pour nous ; toutes tes œuvres sont vérité.

 

Epître : Hébreux 11, 24-26, 32-40 ; 12, 1-2.

Frères, c’est par la foi que Moïse, « devenu grand », refusa d’être fils d’une fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que de connaître l’éphémère jouissance du péché : tel un bien supérieur aux trésors de l’Egypte lui parut « l’opprobre du Christ », car il avait les yeux fixés sur la récompense.

Que dire encore ? Le temps me manquerait si je voulais exposer en détail ce qui concerne Gédéon, Barak, Samson, Jephté, David, ainsi que Samuel et les prophètes, eux qui, grâce à la foi, soumirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent l’accomplissement des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la violence du feu, échappèrent au tranchant du glaive, tirèrent force de leur faiblesse, montrèrent de la vaillance au combat, repoussèrent les invasions étrangères ; et des femmes ont recouvré, par la résurrection, leurs enfants.

Quant aux autres, ils se sont laissé torturer, refusant leur délivrance afin d’obtenir une meilleure résurrection. D’autres subirent comme épreuve la dérision et les coups de fouet, ainsi que les chaînes et la prison. Ils ont été lapidés, sciés, ils ont péri par le glaive, ils sont allés çà et là, sous des peaux de mouton ou des toisons de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde était indigne, errant dans les déserts, les montagnes, les cavernes et les creux de la terre. Et, bien que leur foi leur ait valu un bon témoignage, tous ceux-là n’ont pas bénéficié de la promesse, car Dieu avait prévu pour nous un sort meilleur, afin qu’ils ne puissent pas sans nous parvenir à la perfection.

 

Alléluia du ton 8 : Moïse et Aaron étaient parmi ses prêtres, et Samuel parmi ceux qui invoquaient son Nom. V/ : Ils invoquaient le Seigneur, et Il les exauçait.

 

Evangile : Jean 1, 43-51 (n.trad.)

En ce temps-là, le lendemain (du jour où Jésus avait nommé Simon Pierre), Il voulut se rendre en Galilée : Il trouve Philippe. Jésus lui dit : « Suis-moi ! » Philippe était de Bethsaïde, de la ville d’André et de Pierre. Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont ont écrit Moïse, dans la Loi, ainsi que les prophètes, nous l’avons trouvé : Jésus, le fils de Joseph, celui de Nazareth. Et Nathanaël lui dit : « De Nazareth peut-il être quoi que ce soit de bon ? » Philippe lui dit : « Viens et vois ! » Jésus vit Nathanaël venir vers lui et Il dit de lui : « Voici vraiment un Israélite : en lui il n’est pas de ruse. » Nathanaël lui dit : « D’où me connais-Tu ? » Jésus lui dit en réponse: « Avant que Philippe ne t’appelât, quand tu étais sous le figuier, Je t’ai vu. » Nathanaël lui répondit : « Rabbi, Tu es en vérité le Fils de Dieu, Tu es le roi d’Israël ! » Jésus lui dit en réponse: « Parce que Je t’ai dit que Je t’ai vu sous le figuier, tu as la Foi ? Tu verras bien plus que cela ! » Et Il lui dit : «Amen ! Amen ! Je vous le dis, désormais vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’Homme!»

 

In vremea aceea, a doua zi Iisus voia sà plece în Galilea si a gàsit pe Filip. Si i-a zis : Urmeazà-Mi ! Iar Filip era din Betsaida, din cetatea lui Andrei si a lui Petru. Filip a gàsit pe Natanael si i-a zis : Am aflat pe Acela despre Care au scris Moise în Lege si proorocii, pe Iisus, fiul lui Iosif din Nazaret. Si i-a zis Natanael : Din Nazaret poate fi ceva bun ? Filip i-a zis : Vino si vezi ! Iisus a vezut pe Natanael venând càtre El si a zis despre el : Iatà, cu adevàrat, israelit în care nu este viclesug. Natanael I-a zis : De unde mà cunosti ? A ràspuns Iisus si i-a zis : Mai înainte de a te chema Filip, te-am  vàzut când erai sub smochin. Ràspunsu-I-a Natanael : Rabi, Tu esti Fiul lui Dumnezeu, Tu esti regele lui Israel ! Ràspuns-a Iisus si i-a zis : Pentru cà ti-am spus cà te-am vàzut sub smochin, crezi ? Mai mari decât acestea vei vedea. Si i-a zis : Adevàrat, adevàrat zic vouà, de acum veti vedea cerul deschizându-se si pe îngerii lui Dumnezeu suindu-se si coborându-se peste Fiul Omului !

 

Mégal. : En toi se réjouit toute la création, ô Pleine de grâce, l’assemblée angélique et la race humaine ! Temple sanctifié, Paradis spirituel, Louange virginale ! De toi Dieu s’est incarné et devint petit enfant, Lui, notre Dieu avant les siècles ! Il fit de tes entrailles son trône et rendit ton sein plus vaste que les cieux. En toi se réjouit toute la création : Gloire à toi !

 

Koinonikon : du dimanche (« Louez… ») et des justes : « Exultez, les justes, dans le Seigneur !/ Aux hommes droits convient la louange : Alléluia !» en ton occurrent.

 

Catéchèse/homélie : mots soulignés dans les textes.

Orthodoxie : « confession de la vraie foi », des Apôtres, des Pères et des sept conciles oecuméniques. Concept universel, englobant l’Orient et l’Occident dans un même témoignage de vérité et de vie. Le dimanche de l’Orthodoxie manifeste, humblement, l’unité intégrale du christianisme, ou catholicité.

Résurrection : le dimanche, y compris en Carême, est la célébration de la Pâque. Le Carême est donc communion à la Pâque et à la réalité de la Résurrection. Notre conversion tend à rejoindre cette réalité actuelle.

Image : en grec « icône », n’est ni une représentation ni le produit anthropomorphique de l’imagination. Elle n’est pas seulement culturelle : elle est théologique. Elle atteste l’incarnation du Fils de Dieu, et la présence réelle de la Mère de Dieu et des saints. Elle montre le monde actuel et futur où la matière et la chair sont transfigurées.

Voir : vue, et vision – de la personne, en profondeur et dans la transparence du visible. Dieu voit tout : être homme, c’est vivre sous son regard aimant. Invisible, Il se donne à voir : Jésus Christ est Dieu visible à la vue et à la vision. Etre homme, c’est être appelé à voir Dieu . L’Icône exprime le regard de Dieu sur la créature, et la vue-vision proposée à elle dans la Foi.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article