Dimanche 2 janvier 2011 : dimanche avant la Théophanie, saints Sylvestre de Rome et Séraphim de Sarov; t. 7, rés.10.

Publié le par Père Jean-Pierre

Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-323

Site : www.mitropolia.eu

 

D o y e n n é  O r t h o d o x e  R o u m a i n  d e  F r a n c e

                                     Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

 

 

 

Dimanche 2 janvier 2011 : dimanche avant la Théophanie, saints Sylvestre de Rome et Séraphim de Sarov; t. 7, rés.10.

 

Tropaire de la Résurrection, t. 7 : Tu as détruit la mort par ta croix, / ouvert au Larron le Paradis ; // changé en joie les pleurs des myrophores/ et ordonné aux apôtres de prêcher :// « Tu es ressuscité, ô Christ Dieu, / donnant au monde ta grande miséricorde ! » //

 

Troparul Învierii, glas 7: Stricat-ai cu Crucea Ta moartea, deschis-ai tâlharului raiul; plângerea mironosiţelor o ai schimbat şi Apostolilor a propovădui ai poruncit că ai înviat, Hristoase Dumnezeule, dăruind lumii mare milă.

 

Tropaire de l’avant-fête, t. 4 : Prépare-toi, Zabulon !+ Pare-toi, Nephtali !+ Fleuve du Jourdain, arrête-toi !/ Accueille avec allégresse le Maître qui vient se faire baptiser.// Adam et Eve, exultez !+ Ne vous cachez plus comme jadis au Paradis ; / car, vous voyant nus, le Seigneur s’est montré pour vous revêtir du vêtement d’origine.// Le Christ se manifeste/ pour renouveler l’entière création.//

 

Tropaire (s) de l’église ou du monastère

Tropaire de saint Sylvestre de Rome, t.4 : Revêtu de l’ornement pontifical,+ tu as servi d’irréprochable façon, Père Sylvestre,/ le Dieu de l’univers//. Et, faisant resplendir d’un même éclat tes paroles et ta vie,+ par tes miracles tu as rendu plus manifeste le renom de la foi/ qui t’a permis de communier à la gloire des cieux//.

Kondakion de la Résurrection, t. 7 : Désormais la force de la mort est impuissante à retenir les mortels, / car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissances de la mort. // L’Enfer est enchaîné, / les prophètes tous ensemble se réjouissent.// Le Sauveur, disent-ils, est apparu à ceux qui demeurent dans la foi: / venez, fidèles, prendre part à la Résurrection !//

 

Condacul Învierii, glasul 7 : Nu va mai putea încà stàpânia mortii cu puterea sà tinà pe oameni, cà Hristos S-a pogorât, sfàrâmând si tricând puterile ei. Legat este iadul. Proorocii cu un glas se bucurà, zicând celor ce erau in credintà : Sosit-a Mântuitorul ! Iesiti, credinciosilor, la înviere.

 

Kondakion de saint Sylvestre, t.4 : Des ascètes devenu le compagnon, Père théophore, tu t’es montré dans le collège sacerdotal le grand-prêtre de notre roi et notre Dieu. C’est pourquoi tu exultes de joie dans le céleste choeur des anges à présent. Sylvestre de Rome, illustre pasteur, sauve les fidèles célébrant de tout coeur ta mémoire sacrée. Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion du patronage de l’église.  Et maintenant et toujours…

Kondakion de l’avant-fête, t. 4 : Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, + le Seigneur dit à Jean : « Ne crains pas de me baptiser !/ Je suis venu, en effet, sauver Adam le premier Père. //

 

Prokimenon dominical, t. 7 :Le Seigneur donnera la force à son peuple ;/ le Seigneur bénira son peuple dans la paix. - Apportez au Seigneur, fils de Dieu, rapportez au Seigneur gloire et honneur !

 

Epître : 2 Timothée 4, 5-8.

Mon enfant, Timothée, en toute occasion sois vigilant, supporte les épreuves, accomplis ton devoir en prêchant l’Evangile, acquitte-toi de ton ministère au service de Dieu. Quant à moi, je crois que mon sang va bientôt se répandre en libation, que le moment de mon départ est venu. Jusqu’au bout j’ai combattu le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. Il ne me reste qu’à recevoir la couronne de justice qu’en ce jour-là me donnera le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui attendent avec amour le moment où Il sera manifesté.

 

Alléluia dominical, t. 7 : Il est bon de confesser le Seigneur, et de chanter pour ton Nom, Très-Haut ! - pour annoncer au matin ta miséricorde, et ta vérité durant la nuit !

 

Evangile : Marc 1, 1-8 (n. trad.).

Principe de l’Evangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. Ainsi est-il écrit en Malachie et Isaïe les prophètes : « Voici, J’envoie, Moi, mon ange devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur ! Redressez les sentiers de notre Dieu ! » Et il y eut Jean, qui baptisait dans le désert, proclamant un baptême de conversion pour la rémission des péchés. Et sortait vers lui tout le pays de Judée, ainsi que tous les habitants de Jérusalem, et ils étaient baptisés par lui dans le fleuve du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Et Jean était vêtu de poil de chameau, une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Et il proclamait ceci : « Il vient après moi, Celui qui est plus fort que moi ! De ses sandales je ne suis pas digne, même prosterné, de délier la courroie. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau : Lui, Il vous baptisera dans le saint Esprit ! »

 

Începutul Evangheliei lui Iisus Hristos, Fiul lui Dumnezeu. Precum e scris la proorocii Maleahi si Isaia : Iatà Eu trimit îngerul Meu înaintea fetei Tale care va pregàti calea Ta. Glasul celui ce strigà în pustie : Gàtiti calea Domnului, drepte faceti càràrile Lui. Ioan boteza în pustie, propovàduind botezul pocàintei întru iertarea pàcatelor. Si ieseau la el tot tinutul Iudeii si toti cei din Ierusalim si se botezau de càtre el, în râul Iordan, màrturisindu-si pàcatele. Si Ioan era îmbràcat în hainà de pàr de càmilà, avea cingàtoare de piele împrejurul mijlocului si mâncà làcuste si miere sàlbàticà. Si propovàduia, zicând : Vine în urma mea Cel ce este mai tare decât mine, Càruia nu sînt vrednic, plecându-mà, sà-I dezleg cureaua încàltàmintelor. Eu v-am botezat pe voi cu apà, El însà và va boteza cu Duh Sfânt !

 

Chant de communion du dimanche (« Louez… »)

 

Catéchèse : mots soulignés dans les textes...

Baptiser : étymologiquement « immerger », plonger, laver. La Loi mosaïque comporte des rites d’ablutions rituelles pour la purification des impuretés (Nb 19, 2-10 ; Dt 23, 10s) ; les prophètes annoncent une eau purificatrice du péché (Za 13, 1). Ezéchiel y associe le don de l’Esprit de Dieu (Ez 36, 24-28 ; cf Ps 50, 9-12s). A l’époque de l’Incarnation, les rabbins baptisaient des païens et les agrégeaient ainsi au peuple juif (cf Mt 23, 15). Le baptême de Jean est proposé aux païens, aux pécheurs et au peuple juif entier : unique, il est donné dans le désert en vue du repentir et du pardon ; il comporte l’aveu des péchés et un effort de conversion définitive. Mais il est provisoire : baptême d’eau, il prépare l’immersion dans l’Esprit que propose Jésus Christ, le Fils de Dieu, à ceux qui mettent leur foi en lui. Le baptême au Nom du Christ (1 Co 1, 13) unit à la mort, à l’ensevelissement et à la résurrection du Sauveur (Rm 6, 3ss ; Col 2, 12). Intégré et assimilé au Christ par la foi, le baptisé a accès à la vie dans l’Esprit saint, c’est-à-dire à la filiation divine, appelée revêtement de l’homme nouveau (Rm 6, 6 ; Col 3, 9-10 ; Ep 4, 24). Le baptisé chrétien n’est pas seulement purifié des péchés et des passions ; il est sanctifié et potentiellement déifié. Le cycle liturgique, avec la Théophanie, annonce le mystère pascal, et nous met devant la réalité et le sérieux de notre dignité de baptisés.

 

 

 

Commenter cet article