Dimanche 12 décembre 2010, 28ème après Pentecôte, 13ème après la Croix, 5ème de l’Avent, ton 4, rés. 7.

Publié le par Père Jean-Pierre

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale-319

Site : www.mitropolia.eu

 

D o y e n n é  O r t h o d o x e  R o u m a i n  d e  F r a n c e

                                     Union Diocésaine Orthodoxe : Association cultuelle n°3/07320

1, boulevard du Général Leclerc 91470 Limours Tél : 01 64 91 59 24. F : 01 64 91 26 83.

Doyen : a.p. (protoiereu) Marc-Antoine Costa de Beauregard

Tél : 01 39 69 73 81 et 06 60 20 41 64 ; courriel : marcantoine.costa@neuf.fr

 

 

 

DIMANCHES   ET   FETES                                                                                                                n° 319

 

Dimanche 12 décembre 2010, 28ème après Pentecôte, 13ème après la Croix, 5ème de l’Avent, ton 4, rés. 7.

Mémoire de saint Spiridon de Trimythonte et des saints ancêtres du Seigneur selon la Foi

 

Tropaire de la Résurrection, t. 4 : Recevant de l’ange la joyeuse nouvelle de la Résurrection de leur Seigneur+ et détournant l’ancestrale condamnation,/ les saintes Femmes se firent gloire d’annoncer aux apôtres:// le Christ a triomphé de la mort !/ Il est ressuscité, notre Dieu, pour donner au monde la grâce du salut.//

 

Tropar Învierii, glasul 4 : Propovăduirea Învierii cea luminată înţelegând-o de la înger uceniţele Domnului şi lepădând osândirea cea strămoşească, Apostolilor lăudându-se au zis: Jefuitu-s-a moartea, sculatu-S-a Hristos Dumnezeu, dăruind lumii mare milă.

 

Tropaire des saints ancêtres, t. 2 : Par la Foi Tu as justifié tes ancêtres, Seigneur, + par eux Tu épousas d’avance / l’Eglise des nations. // Ils se trouvent comblés de gloire et de fierté + à cause de l’illustre fruit de leur lignée, / qui sans semence t’enfanta. // Par leurs prières, ô Christ notre Dieu, / fais que nos âmes reçoivent le salut. // Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit !

 

Kondakion des saints ancêtres, t. 6 : Jeunes gens trois fois heureux, + vous n’avez pas vénéré l’image faite de main d’homme, + mais, fortifiés par l’ineffable présence de Dieu, / dans la fournaise de feu vous l’avez glorifié. // Au milieu de la flamme irrésistible vous tenant, + vous avez invoqué le vrai Dieu : « Hâte-Toi de venir à notre aide, Seigneur, + en ta miséricorde et ton amour, / car tout ce que Tu veux, Tu le fais ! »//  Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen !

 

Kondakion de l’avant-fête de Noël, t. 3 : La Vierge en ce jour se prépare à enfanter ineffablement/ en une grotte le Verbe qui précède les siècles.// Terre entière, à cette nouvelle, chante et danse !+ Glorifie avec les anges et les bergers celui qui a voulu devenir un enfant nouveau-né, / le Dieu qui précède les siècles !//

 

Prokimenon des Ancêtres, t. 4 : Béni sois-Tu, Seigneur, Dieu de nos Pères !/ A ton Nom louange et gloire éternellement ! V : Car Tu es juste en tout ce que Tu as fait pour nous ; toutes tes œuvres sont vérité.

 

Epître : Colossiens 1, 12-18 (notre traduction)

Frères, avec joie rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints, dans la lumière. Il nous a, Lui, arrachés à la puissance des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume du Fils de son amour.

En celui-ci nous avons, par son sang, la délivrance, le pardon de nos péchés. Il est l’image du Dieu invisible, le Premier-né de toute créature : en lui tout, dans les cieux et sur la terre, fut créé. Les êtres visibles et invisibles, les trônes, les seigneuries, les principautés et les puissances : tout fut créé par lui et pour lui ; Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui. Il est également la Tête du corps, c’est-à-dire de l’Eglise, Lui qui est le principe, le Premier-né d’entre les morts, pour devenir Lui-même prééminent en tout.

 

Alléluia des Ancêtres, t. 8 : Moïse et Aaron étaient parmi ses prêtres, et Samuel parmi ceux qui invoquaient son Nom ! V/ : Ils invoquaient le Seigneur, et Il les exauçait.

 

Evangile : Luc 14, 16-24 (notre traduction)

En ce temps-là, le Seigneur dit cette parabole. Quelqu’un donnait un grand dîner, et il invita beaucoup de gens. A l’heure du dîner, il envoya son esclave dire aux invités : « Venez, car déjà tout est prêt ». Et tous unanimement se mirent à s’excuser. Le premier dit : « J’ai acheté une terre, et je dois aller la voir ; je t’en prie, excuse-moi ! » Un autre dit : « J’ai acheté cinq paires de bœufs et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi ! » Un autre dit : « Je viens de me marier et pour cette raison je ne peux pas venir ». A son retour, l’esclave rapporta cela à son maître. Mécontent, le maître de maison dit à son esclave : « Va vite sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. – Maître, dit l’esclave, tes ordres sont exécutés, et il y a encore de la place ! » Le maître dit alors à son esclave : « Va sur les chemins et les long des clôtures, et insiste pour faire entrer les gens, pour que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun des hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner ! » En effet, conclut Jésus, il y a beaucoup d’invités, mais peu d’élus.

 

În vremea aceea Iisus a zis : « Un om oarecare a fàcut cinà mare si a chemat pe multi ; si a trimis la ceasul cinei pe sluga sa ca sà spunà celor chemati : Veniti, cà iatà toate sunt gata. Si au început toti, câte unul, sà-si cearà iertare. Cel dintâi i-a zis : Tarinà am cumpàrat si am nevoie sà ies ca s-o vàd ; te rog iartà-mà. Si altul a zis : Cinci perechi de boi am cumpàrat si mà duc sà-i încerc ; te rog iartà-mà. Al treilea a zis : Femeie mi-am luat si de aceea nu pot veni. Si întorcându-se, sluga a spus stàpânului sàu acestea. Atunci, mâniindu-se, stàpânul casei a zis : Iesi îndatà în pietele si ulitele cetàtii, si pe sàraci, si pe neputinciosi, si pe orbi, si pe schiopi adu-i aici. Si a zis sluga : Doamne, s-a fàcut precum ai poruncit si tot mai este loc.  Si a zis stàpânul càtre sluga : Iesi la drumuri si la garduri si sileste sà intre, ca sà mi umple casa. Càci zic vouà : Nici unul din bàrbati aceia care au fost chemati nu va gusta din cina mea. Càci, a zis Domnul, multi sunt poftiti dar putin sunt alesi.

 

Koinonikon du dimanche (« Louez… ») et des Ancêtres : Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ; aux cœurs droits convient la louange : Alléluia ! en ton 4.

 

Catéchèse / homélie : le banquet eschatologique - Dieu ne veut rien d’autre que la joie des humains...

- le Christ Dieu utilise la parabole, les figures et les symboles pour dévoiler ce qui dépasse la raison créée. Il le dit Lui-même dans le psaume 77 : « Sois attentif à ma loi, ô mon peuple ! Incline ton oreille aux paroles de ma bouche. J’ouvrirai  la bouche pour parler en paraboles ; Je publierai des réalités cachées depuis le commencement ».

- Il dévoile ainsi le sens de la Création et de l’Histoire : le but du Seigneur est d’amener tous les humains à jouir du banquet de sa sagesse. L’image du Banquet divin est utilisée par le prophète Isaïe : « le Seigneur, le Souverain, va donner sur cette montagne un festin pour tous les peuples, un festin de viandes grasses succulentes et de vins vieux décantés. Il fera disparaître sur cette montagne le voile tendu sur tous les peuples » (25, 6). La « montagne » désigne Jérusalem, siège du peuple de Dieu. Mais le festin est « pour tous les peuples ». Ceci éclaire le mystère de la glorieuse Nativité qui approche.

- dans l’évangile de ce jour, nous retrouvons cette prophétie : le Seigneur propose le repas de sa sagesse à ses invités – les membres de son peuple – et, comme ils se récusent, Il appelle ceux des « places » et des « rues de la ville », « les pauvres , les estropiés, les aveugles et les boiteux » - ce sont les païens, les diverses nations et cultures.

- « aucun de ceux qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner » est un avertissement. Historiquement, nombreux d’entre eux ont joui de ce repas, qui n’est autre que l’Eucharistie du Verbe incarné, puisque les premiers baptisés furent tous des membres des douze tribus d’Israël. Une minorité seulement méprisa le banquet du Messie Dieu. Et les non-Juifs arrivèrent plus tard pour se nourrir du Corps et du Sang de l’Agneau. L’Histoire n’est pas encore accomplie : en sa seconde et glorieuse venue, le Seigneur appellera encore les Hébreux et toutes les nations à se nourrir de lui-même, en tant que Voie (du Salut), que Vie (hériter l’Esprit), et que Vérité (connaître le Père). Le but du Seigneur est la joie et la réjouissance de ses créatures. Ce qui indique que le but du jeûne et de l’abstinence est la transfiguration de l’aspiration au plaisir.

- le péché d’ingratitude : le Seigneur nous offre la jouissance de lui-même, de son amour et de sa sagesse, donc la possibilité d’assimiler ces qualités divines, de participer ainsi à la nature divine et d’être déifiés ; et l’être humain préfère souvent d’autres biens : par ingratitude, Adam, à la fois perdit le Paradis et ne sait le retrouver, dit une sentence juive. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article