Cisjordanie: un cimetière musulman profané par des colons radicaux (témoins)

Publié le par Père Jean-Pierre


22/10/2010 21:18 LA CROIX
KAFR QADDOUM (Territoires palestiniens), 22 oct 2010 (AFP) - Cisjordanie: un cimetière musulman profané par des colons radicaux (témoins)

Plusieurs tombes musulmanes ont été profanées vendredi par des colons israéliens extrémistes dans un cimetière du village palestinien de Kafr Qaddoum, près de Naplouse en Cisjordanie, a-t-on appris auprès de témoins palestiniens.

"Ils ont peint des slogans antipalestiniens et des +Etoiles de David+ (symbole juif)", a déclaré à l'AFP Ayman Abdel Fattah Jomaa, propriétaire d'une maison voisine du cimetière.

Les murs de sa maison ont également été recouverts de slogans en hébreu tels que "Vengeance, de la part des Jeunes des collines (allusion aux colonies habituellement construites sur les hauteurs en Cisjordanie) ou "Vendez votre maison et partez sans poser de questions".

Selon M. Jomaa, les agresseurs, qui sont arrivés vers 03H00 (01H00 GMT), venaient de la colonie voisine de Qaddoumim.

Son père, Abdel Fattah Jomaa, qui vit à proximité, a aussi affirmé que les tombes avaient été profanées et les murs de sa maison recouverts des mêmes slogans.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole militaire a affirmé que "l'armée considère cet acte de vandalisme comme très grave, d'autant que des incidents similaires se sont produits dans le même secteur il y a deux semaines".

L'armée a commencé à effacer les slogans sur les tombes, selon le porte-parole et des témoins.

La police israélienne a ouvert une enquête.

En soirée, des échauffourées ont opposé des colons juifs du voisinage à des villageois de Kafr Qaddoum et l'armée israélienne est intervenue pour ramener le calme, ont indiqué des témoins.

Un porte-parole militaire a déclaré ne pas être au courant de ces heurts.

Les attaques de ce genre se sont multipliées ces derniers mois en Cisjordanie occupée, ciblant notamment des mosquées, comme celle du village de Beit Fajjar, près de Bethléem le 4 octobre.

Elles ont été attribuées à des colons extrémistes pratiquant une politique de représailles systématiques dite du "prix à payer" consistant à attaquer des cibles palestiniennes chaque fois que les autorités israéliennes limitent ou freinent la colonisation.

Selon le site d'information Ynet, les inscriptions "Kahane avait raison" et "Kach" ont été aussi barbouillées à la peinture sur des stèles du cimetière de Kafr Qaddoum.

Le rabbin Méir Kahane, fondateur du mouvement ultra-nationaliste d'inspiration raciste, Kach, a été assassiné en 1990 par un Egyptien à New York. Son fils Binyamin a pris la tête du mouvement Kach sous le nom de "Kahane Haï" ("Kahane est vivant"), décrété hors la loi en 1994, avant d'être tué avec sa femme Talia dans un attentat palestinien en Cisjordanie le 31 décembre 2000.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article