AU COEUR DE LA ROUMANIE PROFONDE

Publié le par Père Jean-Pierre

AU COEUR DE LA ROUMANIE PROFONDE

EXPLORATION

Par Esther Vlad – 

Au coeur de la Roumanie profonde

La Tour à l'Horloge à Sighisoara

En plein cœur de la Roumanie, là où les Carpates se mettent à chahuter pour mieux enceindre la Transylvanie, il suffit de quitter l’asphalte poussiéreux de la route européenne 60 pour fouler les pavés des ruelles de la ville de Sighisoara et entrer soudainement dans l’époque médiévale. Avec son passé tourmenté, fortifiée comme pour mieux se protéger de la modernité douteuse qui l’entoure, la ville est un témoin privilégié de l’histoire européenne. 

Nous sommes au XIIe siècle et l’Europe tremble devant les Mongols de Gengis Khan et de son fils Ogodai, dont la soif de sang, la cruauté raffinée et le désir d’expansion rendent incertaine la défense timide des rois hongrois. Premier rempart d’une chrétienté médiévale plutôt insouciante, la Hongrie ouvre les portes de la Transylvanie à quelque 250 000 colons saxons, des artisans et des marchands, qui, pour défendre leur lopin de terre, sauront construire les fortifications de ce qui allait devenir la ville de Sighisoara. 

Sans le savoir, les braves Saxons construisaient un des nombreux murs de l’histoire humaine, celui qui marquera plus tard la frontière entre la culture latine de l’Europe centrale et la culture byzantine orthodoxe de l’Europe du sud-est.
 
Des Saxons à Dracula

Vlad II Dracul (le Dragon), prince de Valachie et vassal du Roi de Hongrie, s'établit dans la ville en 1421 avec le titre de commandant des frontières et la responsabilité de protéger les routes commerciales de Transylvanie vers la Valachie voisine. 

Il y reste 15 ans, et c’est à Sighisoara que voit le jour son troisième fils, connu plus tard sous le nom de Vlad III l’Empaleur, Dracula pour les intimes. Et c’est dans les rues étroites et sinueuses de Sighisoara, devenue entre-temps l’une des villes les plus importantes de Transylvanie, que le jeune Dracula rêve de faire couler le sang des Turcs et de devenir un héros de la chrétienté.
 
S’éteindre pour mieux rayonner

La menace turque qui souffle sur toute l’Europe du début XVIIe siècle oblige les édiles à surélever les remparts. Les artisans et les marchands allemands dominent toujours l’économie de la ville, et Sighisoara – qui possède 15 corporations et 20 associations d’artisans – joue un rôle stratégique et commercial notable aux confins de l’Europe centrale.  

Mais, comme pour mieux cautionner la malédiction du Dracula qui a vu le jour dans la ville, le mauvais destin s’abat sur Sighisoara. Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, trois grands incendies, une épidémie de peste qui anéantit la moitié de la population, des inondations catastrophiques et un séisme sonnent le glas de la florissante ville médiévale. Rétrospectivement, une vraie chance!  

La ville reste ainsi à l’écart du développement économique du XIXe siècle, ce qui lui permet de préserver son centre historique de changements urbanistiques trop massifs. Devenue ville roumaine par le Traité de Trianon de 1920, «condamnée» à l'oubli par le régime communiste, abandonnée par ses artisans saxons qui trouvent refuge en Allemagne, la cité est pourtant protégée des horribles constructions stakhanovistes du triste XXe siècle.
 
Un bijou architectural

Aujourd’hui, il suffit de sortir de la route européenne 60 pour entrer dans cette petite ville de quelque 30 000 habitants inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Entrez par la Ville-Basse et laissez-vous baigner par la lumière du versant abrupt dominé par la colline de la Cité.  

Admirez la Tour de l’Horloge, qui reste debout pour défendre la porte principale de la ville depuis le XIIIe siècle. Continuez vers la Place de la Citadelle et les rues avoisinantes, ensemble de maisons d’artisans à deux ou trois étages aux crépis colorés et aux hautes toitures de tuiles qui portent encore l’empreinte des premiers Saxons. 

De l’autre côté de la place: Église du monastère, ancienne bâtisse des Dominicains du XIIIe siècle de style gothique avec une décoration intérieure baroque, un remarquable retable, et une surprenante collection de tapis turcs. 

Laissez le regard se promener sur la Muraille de la Citadelle (930 m de long, 8 à 10 m de hauteur), construite du XIIIe au XVIIe siècle. Comptez un à un les neuf tours qui subsistent – chacune porte le nom d’une corporation; tour des Fourreurs, des Bouchers, des Tailleurs, des Ferblantiers… – sur les 14 à l’origine. 

Si vous êtes fatigué ou assoiffé, offrez-vous un moment de recueillement et de paix dans l’église St-Nicolas du 14e siècle, point culminant de la colline où le style gothique est omniprésent.

Ensuite, vous pouvez reprendre la route européenne 60. Avec une pensée pour tous les artisans de ce bijou d'architecture médiévale.

» Cliquez ici pour accéder à la galerie de photos accompagnant cet article!

Commenter cet article