Alliot-Marie souligne le rôle des chrétiens d'Orient dans leur pays d'origine

Publié le par Père Jean-Pierre

28/11/2010 17:21 LA CROIX
PARIS, 28 nov 2010 (AFP) - Alliot-Marie souligne le rôle des chrétiens d'Orient dans leur pays d'origine

La ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a souligné dimanche "la place et le rôle dans leurs sociétés d'origine" des chrétiens d'Orient, en recevant le patriarche syriaque catholique d'Antioche.

Sa Béatitude Ignace Youssiff III Younan effectue une visite en France après avoir participé au Vatican au synode extraordinaire pour le Moyen-Orient, au moment où les chrétiens y sont la cible d'Al-Qaïda et où ils subissent ici et là des discriminations qui les poussent à émigrer.

Mme Alliot-Marie "a souligné l'importance que la France accorde à la sécurité et à la protection des chrétiens d'Irak", a déclaré dans un communiqué son porte-parole, Bernard Valero.

"Plus généralement, elle a rappelé l'attention que notre pays porte aux chrétiens d'Orient, à leur place et à leur rôle dans leurs sociétés d'origine", a-t-il dit.

Le patriarche Younan a remercié "la France pour son geste humanitaire en faveur des membres de la communauté chrétienne d'Irak dont il a la charge", a précisé le communiqué.

Après la tuerie perpétrée par Al-Qaïda à la cathédrale syriaque de Bagdad qui a fait 46 morts le 31 octobre, 54 Irakiens de cette communauté, dont 35 blessés, ont trouvé refuge à titre humanitaire en France.

93 autres Irakiens attendus devraient arriver en plusieurs groupes ou à titre individuel.

Au total 1.300 chrétiens d'Irak ont été accueillis en France depuis 2007.

L'Irak ne compte plus que quelque 400.000 chrétiens irakiens, contre 1,5 million sous Saddam Hussein (sur 13 millions actuellement dans tout le Moyen-Orient), selon l'Oeuvre d'Orient.

Des dignitaires chrétiens irakiens, tout en remerciant la France, avaient souligné la nécessité de trouver des solutions permettant aux chrétiens de rester dans un pays et une région du monde où ils sont implantés depuis 2000 ans.

Le président irakien Jalal Talabani (kurde) s'était inquiété que Paris encourage les chrétiens à "quitter définitivement l'Irak en leur donnant la citoyenneté française".

Commenter cet article